Annecy 2017, Festivals

Annecy 2017 : Jour 1

Zombies Vs Vampires ! 

C’est parti pour une nouvelle édition du festival du film d’animation d’Annecy. Au programme, des films en compétition, des grosses avant-premières et des stars. Ainsi que du pédalo sur le lac vu qu’il fait très chaud à l’occasion de cette sublime semaine de cinéma !

Pour cette première journée, on arrive au festival dans un cadre absolument idyllique vu le temps. Un véritable avantage à l’accueil et à l’organisation du festival. Aucune attente et pas de souci pour retirer son accréditation et c’est un bonheur. Une sale dle presse nous est réservée pour travailler tranquillement.

On commence cette semaine avec le film Dans un recoin de ce monde de Sunao Katabuchi. L’arrivée dans la salle Bonlieu est extraordinaire. Une grande salle magnifique où l’ambiance du festival règne. La tradition veut qu’on lance des avions en papier sur la scène. Et une fois la lumière éteinte quelqu’un hurle « Il va faire tout noir » et tout le monde lui répond le fameux « Ta gueule ». Ambiance festival qui se répète à chaque séance.

Dans un recoin de ce monde est l’adaptation d’un manga japonais se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale, le film s’avère d’une complexité folle par sa narration et son sujet assez difficile. Bien évidemment évoquer le drame d’Hiroshima de cette façon a quelque chose de très puissant même si la longueur du film peut rebuter. On en ressort tout de même chamboulé et ému par cette histoire.

Le temps d’aller manger et on se précipite au Pathé pour assister au film Little Heroes (Pequenos Heroes). Film vénézuélien, l’animation est assez décevante d’un point de vue technique. Le film raconte l’histoire de trois orphelins pendant la révolution vénézuélienne et traite d’une certaine façon l’arrivée et les batailles de Simon Bolivar. Film plutôt passable, qui est donc loin d’être honteux.

On retourne ensuite dans la salle Bonlieu pour une séance de dédicace du film Zombillénium. Les réalisateurs du film signent des affiches, des BD et autres. L’attente est assez longue et il fait très (trop) chaud dans la salle mais on ne se décourage pas.

Après cette petite séance de dédicace et la demi-heure d’attente, on retourne au Pathé pour assister à un autre film japonais intitulé HiruneHime : Rêve éveillé de Kenji Kamiyama. Mélangeant différents genres, le film est un véritable hommage aux années 1990. Traitant du deuil de manière assez poétique à travers la science-fiction, on prend un véritable plaisir à voir deux mondes se mêler l’un à l’autre. L’animation est par ailleurs assez convaincante. Des combats entre des robots et des kaijus qui rappellent Pacific Rim. Bref on s’éclate même si c’est parfois un peu long, surtout sur la fin.

Pas le temps de se reposer puisqu’on fonce à Bonlieu pour assister à la cérémonie d’ouverture. Encore une fois le festival a tout bon et ne se perd pas dans de longues présentations. On assiste à la projection du court-métrage Chronique Panoramique, qui raconte le quotidien de chacun dans un wagon de train. Très court mais terriblement drôle, vrai et efficace.

Mais l’événement c’est bien sûr la projection de Zombillénium d’Arthur de Pins qui adapte donc sa propre BD mais avec une histoire originale. Et c’est du tout bon. On assiste a un véritable bijou d’animation. L’histoire est celle d’un père de famille qui se rend dans un parc d’attraction de monstres pour le faire fermer. Mais les monstres le transforment en l’un des leurs et une folle aventure commence.  Bien rythmé par des musiques efficaces et une galerie de personnages tous sortis de la pop culture avec des références à chaque répliques, Zombillénium s’avère être un film possédant une idée par séquence. Il s’agit déjà du premier gros coup de cœur du festival et on a déjà envie de voir plus d’aventures de cette équipe de monstres dans un parc d’attraction. Le film sort le 18 octobre en salles pour la période d’Halloween et avec une promo digne de ce nom, il pourrait devenir un classique dès sa sortie en salle, bien qu’il le soit déjà dans son contenu !

Le festival d’Annecy commence de très belle manière et si ça continue comme ça, on aura eu une très belle semaine. On se retrouve demain pour de nouveaux films !

Ilan Arfi