BIFFF 2014

BIFFF 2014 : Carnet De Bruxelles Jour 10

Après-midi avec Jeunet, c’était le programme de la journée d’avant-hier.

 

Cette journée de jeudi a débuté avec l’interview de Jean-Pierre Jeunet, venu pour être honoré en rentrant l’Ordre du Corbeau, ordre qui reprend déjà des personnalités comme Neil Jordan, John Landis, Lloyd Kaufmann, Dario Argento et autres personnalités du fantastique. Cette interview s’est très bien déroulée. Je m’attendais à pire vu qu’on avait été prévenus qu’il était fatigué et de mauvaise humeur suite à un séjour au Brésil. C’est pendant près de 25 minutes qu’il a répondu à nos questions pour notre plus grand plaisir.

 

Après cela, il a donné une masterclass animée de main de maitre par Christophe Bourdon. S’il a répété beaucoup de choses dites en interviews, on en a quand même beaucoup appris sur sa carrière ce qui était bien évidemment très intéressant.

 

Jean-Pierre Jeunet
Jean-Pierre Jeunet

 

Ensuite, place aux films avec, tout d’abord, Out Of Inferno 3D, un film chinois réalisé par des thaïlandais qui parle d’un building en feu et qui met en avant les pompiers. Pourquoi pas. C’est un bon film catastrophe un peu plombé par son côté violons dans les scènes d’émotions. Un peu, ça va, trop, c’est trop. Ce film est de même calibre qu’un film américain du genre bien que certains effets spéciaux laissent à désirer. On peut avoir également un peu de mal avec le jeu des acteurs mais bon, on sait comment sont les asiatiques, il faut juste s’y faire. Out Of Inferno reste un divertissement correct qui ne casse pas trois pattes à un canard mais qui va plaire aux fans du genre.

 

Extrait de Out Of Inferno de (2014)
Extrait de Out Of Inferno d’Oxide et Danny Pang (2014)

 

Second film, le très attendu film d’horreur Oculus. Ce film sorti la semaine dernière aux Etats-Unis a fait un bon démarrage pour un film du genre. Pour sa séance au BIFFF, il a pu compter sur une salle bien remplie. Le problème du film c’est qu’on a l’impression que c’est une introduction en permanence. Ca ne démarre vraiment qu’aux 2/3 du film. L’histoire n’est cependant pas mauvaise. C’est même plutôt bon mais la sauce ne prend pas vraiment. A noter toutefois l’excellent travail au niveau du montage et de la mise en scène qui fait un parallélisme bluffant entre l’époque actuelle et le passé des personnages. Cela fonctionne très bien et on se rend vite compte que c’est la vraie bonne idée du film, le reste étant relativement classique bien que de bonne facture. Ce n’est pas un film indispensable donc mais il mérite d’être vu pour son travail technique.

 

Extrait d'Oculus de (2014)
Extrait d’Oculus de Mike Flanagan (2014)

 

Troisième et dernier film du jour, le nouveau film du très prolifique Kim ki duk (qui avait réalisé Pieta l’année dernière). Ce film est un grand n’importe quoi. Une mère coupe le pénis de son fils et quitte le domicile familial après ce drame. Le père, par compassion probablement, va se faire enlever son sexe aussi. Le fils va devenir un petit caïd pour cacher sa nouvelle faiblesse et va même faire un petit tour par la case prison pour viol (pas évident quand on n’a plus de sexe). Un beau jour, le père va même faire greffer son sexe à son fils. Bref, c’est une histoire bien tordue et ce n’est pas fini, loin de là. Le film n’a absolument aucun intérêt. Il y a du son mais pas de dialogue. L’exercice n’est pas inintéressant, loin de là, mais il ne sauve en rien le reste. Dommage. On espérait un film trash, dérangeant et intéressant et on a eu un film un peu trash, très dérangeant mais pas intéressant du tout.

Extrait de Moebius de Kim ki du (2014)
Extrait de Moebius de Kim ki du (2014)