BIFFF 2016, Festivals

BIFFF 2016 : Carnet de Bruxelles Jour 3

La poooooorte !

pins.indd

Pour ce troisième jour, 3 films étaient au programmes mais, vu les retards engendrés suite aux contrôles de sécurité, on en n’a vu que 2.

Le premier était Vétéran, un film sud-coréen qui est d’ailleurs un des plus gros succès au box-office local. Ce film, qui est dans la compétition thriller du festival, est dans le même style que Police Academy. On y retrouve un film aux pratiques discutables et l’humour n’est pas en reste. Scénaristiquement, c’est rudement bien ficelé, la mise en scène est soignée et le casting est excellent. La Corée du Sud prouve une nouvelle fois tout son talent en termes de thriller. C’est un pays qui est incontestablement au-dessus des autres en la matière tant son cinéma est riche et de qualité. C’est évidemment malheureux de voir que ces films ne sortent jamais en nos contrées. Dommage car ça en inspirerait et donnerait un bon coup de fouet à plus d’un.

Second et dernier film du jour (on a donc loupé l’alléchant midnight movie Patchwork) : Martyrs des frères Goetz.  Si ce titre de film vous est familier, c’est normal puisqu’il s’agit d’une remake pas tout à fait remake du film de Pascal Laugier. Le principe est identique mais, quelques changements scénaristiques ont été effectués. Bonne ou mauvaise idée ? D’un côté, c’en est une bonne puisque ça ne fait donc pas du film un remake pur jus mais, de l’autre, force est de constater que c’est bien plus faible que le film original. Les frères Goetz ne sont pas avares en litres de sang mais tout ça est fort inoffensif. L’abus de jump scares gros comme des maisons est aussi assez dommageable bien que, visiblement, ils ont bien fonctionné sur plusieurs personnes. Bref, pas de quoi casser 3 pattes à un canard.

Cette courte journée permet donc de se réveiller à une heure décente afin de rédiger ce carnet et aussi d’avancer sur une interview qui devrait vous plaire.

Aujourd’hui (samedi donc), 4 films sont au programme : Rétribution (film espagnol avec le génial Luis Tosar), Spy Time (comédie espagnole), The Phone (film sud-coréen) et The Virgin Psychics de Sono Sion (qu’on a déjà vu et dont la critique est ici). Sur papier, ça s’annonce comme l’une des meilleures journées du festival, rien que ça.