A l'affiche, Animation, Cannes 2018, Critiques de films, Guerre

Critique : Another day of life de Raul de la Fuente et Damian Nenow

Au milieu de la guerre

Angola, 1970. Le grand reporter de guerre Ryszard Kapuscinski se retrouve en pleine guerre civile.

La section hors-compétition est généralement celle où la Sélection Officielle se permet des petites folies. Elle se permet de lorgner du côté d’autres genres et, cette fois-ci, elle propose une œuvre hybride qui devrait faire sensation. Another day of life est une co-production entre la Pologne, l’Allemagne, la Hongrie et la Belgique qui est principalement un film d’animation. S’il est écrit principalement, c’est évidemment qu’il n’y a pas que ça, pour une raison essentielle. Mais avant d’aborder tout cela, parlons du sujet.

Another day of life raconte l’histoire du reporter de guerre polonais Kapuscinski en pleine guerre civile en Angola. Cette guerre a précédé l’indépendance et a duré pendant près de quarante ans. Il s’agit d’une histoire vraie qui raconte à quel point a été important le rôle joué par Kapuscinski. En effet, il était l’un des seuls à s’aventurer dans des zones très dangereuses, au cœur du conflit et en faire le relais dans le monde entier. Son rôle dans la guerre civile angolaise a été primordial. Il a changé le cours de l’histoire. C’est cela que raconte Another day of life.

Le choix a été fait d’en faire un film d’animation. Il s’agit d’animation classique en 2D, très belle, avec du grain, pas toujours énormément de détails. Cela fait énormément plaisir de revoir ce type d’animation sur grand écran. Ce style donne beaucoup de cachet à l’histoire, d’autant plus que le travail sonore n’a pas été délaissé. Le tout fonctionne harmonieusement et est très immersif bizarrement. Il faut également souligner que, bien que le film soit une histoire vraie, une large place a été laissée aux réalisateurs afin qu’ils puissent laisser une part à la poésie, à l’interprétation, à l’imaginaire. Kapuscinski n’étant plus vivant, ils ont pu prendre quelques libertés afin de rendre le récit encore plus édifiant. Il ne s’agit pas d’un compte de fées mais bien d’un récit narrant une guerre civile. On voit les morts, les cadavres, le sang. On entend le vent, les balles qui sifflent, les explosions. Il était question d’une certaine folie et c’est cela que les metteurs en scène on voulu retranscrire à leur façon.

Comme il s’agit d’une histoire vraie, les metteurs en scène ont voulu documenter leur film via des témoignages de personnes qui ont croisé la route de Kapuscinski. Certains sont même des personnages essentiels de l’histoire. Ces témoignages sont livrés face caméra, en images réelles. C’est en cela qu’Another day of life est un film hybride. Il alterne animation, sous forme de fiction, et témoignages en images réelles, comme un documentaire. Etonnamment, le film n’est pas pesé par cette alternance entre les styles visuels et les styles de narration. Les deux s’imbriquent parfaitement l’un dans l’autre.

Ce qu’a vécu Kapuscinski, ce qu’il a fait, le rôle qu’il a joué, son impact sur le journalisme, tout cela méritait d’être raconté. Cela est fait de belles manières par Raul de la Fuente et Damian Nenow. Le résultat est on ne peut plus réussi, prenant, édifiant, passionnant. C’est une très belle séance hors-compétition, une œuvre qui devrait être largement diffusée tant sa puissance est forte et essentielle.