A l'affiche, Critiques de films

Critique : Avengers – Infinity War de Joe et Anthony Russo

God Of War

Les Avengers et leurs alliés devront être prêts à tout sacrifier pour neutraliser le redoutable Thanos avant que son attaque éclair ne conduise à la destruction complète de l’univers.

Dix ans. Voilà donc dix ans que Marvel Studios avance ses pions sur son échiquier. Le tout pour arriver à ce fameux Avengers : Infinity War. Souvenez-vous, il y a six ans, la scène post-générique d’Avengers nous offrait la première scène de Thanos, le titan fou. Six ans et plusieurs films plus tard, voilà Marvel qui nous offre enfin le film avec son fameux grand méchant. Il n’est alors pas excessif de dire que ce Infinity War est l’aboutissement d’un cycle chez Marvel, puisqu’il nous offre probablement un crossover digne de ce nom et surtout un film d’une ampleur magistrale.

L’attente d’Infinity War était grande. Et l’est encore probablement chez certains à l’heure au moment de la lecture ces lignes. La peur de la déception était tout aussi présente. Il faut dire que cela faisait très longtemps qu’un film Marvel n’avait pas provoqué une certaine excitation avant son visionnage, peut-être la première fois depuis le premier Avengers. Le doute et la peur seront très vite balayés dès les premières minutes du film. Préparez-vous à 2h30 d’action continue. Cet Avengers va vous donner tout ce que vous avez envie de voir et peut-être plus. 

Il est alors peu recommandé de lire quoique ce soit sur cet Avengers, tant la campagne promotionnelle martèle qu’il ne faut rien dire et éviter tout spoiler. Bien évidemment cette critique sera sans spoiler mais si vous pouviez vous arrêter de lire ici et aller découvrir le film en salle, votre expérience n’en sera que meilleure.

Infinity War débarque directement dans le feu de l’action. Exactement là où on avait laissé Thor et sa bande lors de la scène post-générique de Ragnarok. On y découvre alors pour la première le Titan Fou, Thanos. Et il faut dire qu’il s’impose très vite en tant que meilleur méchant de l’univers Marvel. 

En effet, Infinity War n’est pas un Avengers comme les autres. Le véritable personnage principal du film, c’est bien Thanos. Et l’histoire ne fait que montrer sa quête à la recherche des pierres de l’infini pour devenir ainsi l’être le plus puissant de la galaxie. Bien évidemment sa route se retrouve barrée par tous les super-héros mais à aucun moment ils ne sont au centre de l’histoire. Thanos est donc un titan fou. Tel Kratos dans God Of War, il détruit tout pour obtenir ce qu’il souhaite et se rapprocher des dieux. Cela l’obligera à se reconsidérer lui-même faisant preuve parfois même d’humanité. Loin des stéréotypes, Thanos est un vilain à part et son adaptation sur grand écran ne déçoit jamais tant elle rend hommage à son créateur, Jim Starlin. Il s’impose facilement comme l’un des grands méchants de films de comics. A mettre au coté des Joker de Burton et de Nolan, mais aussi du Bouffon Vert et de Doctor Octopus de Sam Raimi. Un méchant, un vrai, de par son histoire et ses actions. Et ça fait un bien fou!

Le scénario est en lui-même très simpliste et ne raconte pas grand chose hormis la quête de Thanos ainsi que ses motivations qui sont tout à fait limpides, en même temps qu’elles font écho à l’actualité. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’expliquer qu’on utilise à outrance et qu’on détruit notre propre planète. Ainsi, Infinity War possède des enjeux terribles et met pour la première fois dans l’univers Marvel un réel danger sur les héros…

Les héros sont d’ailleurs toujours divisés depuis les événements de Civil War et il est vrai qu’ici le film permet d’éclaircir et de développer davantage les tourments de chacun des héros, même si certains sont plus mis en avant que d’autres. Ainsi, Thor se trouve être l’Avenger le plus en vu du film contrairement à Captain America qui possède le moins de dialogues et de présence. Bien que son charisme soit digne du Christ. Il est là et on l’admire. Pas besoin d’en dire plus, c’est Cap. Au-delà de ce dernier, on se rend compte à quel point Shakespeare est très présent lorsqu’il s’agit d’explorer les relations entre les différents protagonistes. D’un amour compliqué à une relation père/filles, tout y passe explicitement et la dramaturgie atteint ici des sommets.

Pour la première fois aussi, tous les univers se rassemblent et on assiste au premier rassemblement majeur entre l’univers cosmique et terrestre. Les gardiens de la galaxie font donc équipe avec les Avengers, et cela donne droit à des séquences hilarantes au détour de certains dialogues. Car c’est aussi la force d’Infinity War. Réussir à incorporer de l’humour dans un film qui possède des enjeux a priori très sérieux. Et le tout avec succès grâce à un dosage réussi. Plus sombre, plus sérieux, cet Avengers est un film maîtrisé, mature. Tout ce qu’on souhaitait, donc. 

Ce nouvel opus d’Avengers nous offre surtout son lot d’action, de sa scène d’introduction à son dernier plan d’une beauté onirique, on assiste à un véritable comics sur grand écran. Chaque séquence, chaque dialogue, tout est pensé comme une case de comics. Nous sommes dans un crossover digne de ce nom et l’impression de lire un comics dans les mains est vraiment savoureuse. Si la direction des scènes d’action des frères Russo n’est toujours pas au niveau, et reste du même acabit que The Winter Soldier ou bien encore Civil War, on en prend tout de même plein les yeux et on assiste la bouche grande ouverte à du très grand spectacle.

Si les réalisateurs n’excellent pas dans les scènes d’action, ils se débrouillent beaucoup mieux lorsqu’il s’agit d’exploiter les nombreux personnages présents. Chacun y joue son rôle et les protagonistes sont tous mis en avant et bel et bien développés. Très peu sont laissés pour compte et ce selon le degré d’importance qu’ils ont pour l’histoire. Un peu comme dans un comics donc.

Bien évidemment, le film s’avère un peu dense et « fat ». Suivre les différents arcs narratifs de chacun ainsi que les allers et retours n’est peut-être pas à la portée de tout le monde. Mais comment ne pas être aux anges lorsqu’on voit Iron Man et Strange avec Star-Lord ? Ou encore voir un maximum de monde au Wakanda ? Le film se permet même quelques références bien utilisées à la pop culture, par exemple au manga One Piece, notamment lors de son dernier acte. Le film s’inspire en grande partie de certains arcs de l’oeuvre d’Eiichiro Oda.

Infinity War est un pur moment jouissif de cinéma. Sans temps mort, il nous offre une expérience d’émerveillement unique où l’on assiste à l’aboutissement de dix années de cinéma pour atteindre des sommets. Si le public mainstream pourrait passer un peu à côté du film tant le il est bourratif, le fan inconditionnel lui passera sûrement les 2h35 les plus merveilleuses depuis très longtemps et en redemandera encore. Alors, ouvrez grand vos yeux et profitez du spectacle.