Comédie, Critiques de films

Critique : Baywatch – Alerte à Malibu de Seth Gordon

5 ans après le reboot réussi de la série 21 Jump Street par Chris Miller et Phil Lord, Sony adapte un autre show TV des années 80/90 : Baywatch (Alerte à Malibu).

 

Le légendaire sauveteur Mitch Buchannon (Dwayne Johnson) est contraint de s’associer à une nouvelle recrue, Matt Brody (Zac Efron), aussi ambitieux que tête brûlée. Ensemble, ils vont tenter de déjouer un complot criminel qui menace l’avenir de la Baie…

Seth Gordon s’est fait une réputation à Hollywood en produisant des comédies à petit budget mais très rentables au box-office, à défaut d’être drôles ou originales. Avec Baywatch, sa mission est simple : transformer une vieille série télé en une comédie décalée pour adulescents.

Si le parallèle avec 21 Jump Street est évident, il ne s’étend malheureusement pas plus loin qu’au concept de base. Jamais drôle, inutilement sérieux et rarement prenant, Baywatch souffre d’un manque criant d’identité et repose uniquement sur le soleil de Malibu, la sympathie de Dwayne Johnson, les abdos de Zac Efron et les (très) belles femmes en maillot de bain. C’est simple, il n’y a eu aucun rire dans la salle et, pour une comédie, c’est tout bonnement inacceptable !

Pire, dans une tentative désespérée de nous arracher un sourire, le film n’hésite pas à aller piocher des séquences déjà vues dans d’autres comédies US. Je pense notamment à une scène d’érection complètement absurde et gênante qui se déroule dans les dix premières minutes du film, immédiatement tirée de l’excellent Mary à tout prix des frères Farrelly.

Ce manque d’originalité lié à la paresse évidente du réalisateur qui préfère utiliser de très mauvais effets spéciaux plutôt que de tourner en mer (la scène du yacht en feu est à s’arracher les yeux) font de Baywatch un film de série B, qui ne dépasse pas la nullité de la série originale avec David Hasselhoff et Pamela Anderson.

C’est bien dommage car Dwayne Johnson et Zac Efron sont toujours justes et méritent certainement mieux. Pour ce qui est du reste du casting, force est de constater qu’il ne sert pas à grand-chose si ce n’est pour l’esthétisme ou des gags forcés.

Enfin, si montrer des pectoraux ou un décolleté plongeant dans un film est monnaie courante, l’exercice est omniprésent et totalement gratuit dans Baywatch. L’exposition des corps huilés n’a aucun lien avec l’action ou la personnalité des personnages. Seuls les hommes ont des rôles ‘développés’, réduisant ainsi les femmes à de vulgaires poupées. Effarant en 2017 !

Baywatch est un film paresseux qui repose entièrement sur son concept moqueur et le charme de ses stars. Jamais drôle et inutilement sérieux, il ne dépasse pas la série d’origine. Sans la présence de Dwayne Johnson et Zac Efron, pas sûr que Baywatch soit sur nos écrans…