Action, Biopic, Critiques de films, Drame, E-cinéma/VOD/Vidéos

Critique : Bleed for This de Ben Younger

Hands of Stone, le spin off

L’histoire vraie de Vinny Pazienza. Victime d’un grave accident de voiture l’ayant laissé temporairement paralysé, le boxeur Pazienza est remonté sur le ring un an plus tard, contre l’avis des médecins, animé par une véritable force intérieure…

Le chapeau de l’article est volontiers un peu trop vendeur (ou pas, c’est selon). Bleed for this n’est évidemment pas un spin off d’Hands of Stone qui est basé sur l’histoire de Roberto Duran. Mais ce dernier apparaît dans Bleed for this puisqu’il a croisé le chemin de Vinny Pazienza, un autre boxeur qui a bien failli devoir arrêter sa carrière. Mais quand il y a de la volonté et de la persistance, on peut s’en sortir. C’est un peu près ce dont parle le film.

Peu de combats mais, beaucoup de victoires. Le bilan de Pazienza est impressionnant. Son nombre peu élevé de combats et explicable pour la simple et bonne raison qu’un accident a failli lui couter la vie et que s’il reprenait la boxe, il pouvait se tuer. Suite à l’opération, il a dû porter une armature métallique sur sa tête qui stabilisait son corps et atténuait les éventuels chocs qui l’auraient tué. Cela n’a pas facilité sa convalescence et sa vie de tous les jours. Mais il a persisté et sa motivation était telle qu’il est parvenu à ses fins, à redémarrer sa carrière, avec les risques mentionnés ci-dessus. Pour tout son entourage, c’était évident que c’était terminé, que cet accident de voiture avait mis un terme à sa carrière. Seul Pazienza y croyait. Puis il a fini par convaincre son coach.

Bleed for this se détache des autres films de boxe. Déjà, à cause de sa structure. En général, les boxeurs qui sont présentés arrivent à un moment donné au fond du trou. Malgré son accident, on ne peut pas vraiment que ça soit le cas de Pazienza. Il n’a pas échoué, n’a pas chuté pour des raisons sportives. Il n’a pas connu la même déchéance que d’autres. C’est en ça aussi que le film se démarque. Pazienza n’a pas été dans cette spirale du succès qui a engendré une alcoolisation excessive et la prise de drogues. Le parcours est remarquable et inspire le respect, dont celui des adversaires. Car l’un des autres aspects qui rendent le film plaisant, ce sont les confrontations qu’a Pazienza avec d’autres boxeurs. Attention, il n’y a pas énormément de combats car ce n’est pas la volonté première du film mais, quand il y en a, ils font échos à des boxeurs connus et qui ont parfois été vus au cinéma, comme Roberto Duran dans Hands of Stone.

De prime abord, Miles Teller semble être un choix surprenant pour incarner un boxeur. Il n’est pas maigre non plus mais, il n’a pas véritablement une carrure de boxeur. Bizarrement, ce choix s’avère payant. Teller livre une belle prestation. Il est épaulé par un autre comédien de choix, Aaron Eckhart, qui incarne le coach de Pazienza. Les seconds rôles ne sont pas en reste puisque le casting compte Katey Sagal, Ciaran Hinds ou encore Ted Levine parmi ses rangs, des visages connus et appréciés, des amateurs de séries notamment.

Ses différences par rapport aux autres films sur la boxe ne font pas de Bleed for this un film plus immanquable ou meilleur. Il reste dans la moyenne mais bénéficie tout de même d’une certaine fraîcheur face à la concurrence. Il est bien interprété par un Miles Teller surprenant que l’on attendait pas là.