Action, Critiques de films, Espionnage

Critique : Conspiracy de Michael Apted

L’action US de base

Ex-interrogatrice de la CIA, Alice Racine est rappelée par son ancien directeur, Bob Hunter, pour déjouer une attaque imminente sur Londres. Face à un adversaire brutal et tentaculaire, Alice reçoit l’aide providentielle de son ancien mentor, Eric Lasch et d’un membre des forces spéciales, Jack Alcott. Mais elle réalise rapidement que l’agence a été infiltrée. Trahie et manipulée, elle va devoir inventer de nouvelles règles pour faire face à cette conspiration.

Michael Apted, on lui doit beaucoup d’épisodes de séries, dont certains de Rome, des films depuis les années 70 dont Narnia et, désormais, Conspiracy, un thriller d’action au casting de luxe. Apted n’est pas particulièrement réputé pour sa mise en scène mais, en général, il fait de bonnes choses. Il a en tout cas su se distinguer sur l’une ou l’autre œuvre. Conspiracy ne s’est pas beaucoup fait remarquer jusqu’à présent, ce qui laisse augurer un avenir mitigé mais qui est un petit indicateur quant à sa qualité.

Ce n’est pas le cas ici. Sa mise en scène est on ne peut plus classique, se contentant du strict minimum. Il n’y a pas un petit éclat, un petit écart par lequel il démarquerait. Tout est d’une platitude extrême. Des champs-contre-champs, peu de mouvement, c’est le bilan d’Apted. La photographie et le montage, sont tout juste potables.

Conspiracy, comme tout film d’espionnage, joue sur les faux-semblants. La frontière entre les gentils et les méchants est fine et les apparences sont trompeuses. Le schéma est finalement assez classique. Une mission, l’agent se fait doubler, un jeu de chat et de souris s’en suit,… Rien de révolutionnaire là-dedans. Les adeptes du genre décèleront facilement les ficelles qui régissent le film. Les autres prendront probablement un certain plaisir à suivre cette histoire faussement complexe.

Quand le scénar et la mise en scène sont passables sans être fantastiques, on fait appel à un casting solide. Ainsi, il y a du potentiel pour une promo intéressante. C’est comme cela qu’on retrouve des Noomi Rapace, Orlando Bloom, Michael Douglas ou encore John Malkovitch au casting d’un film tout ce qu’il y a de plus banal. Le talent de ces gens est déjà connu et confirmé depuis un petit temps (oui oui, même Orlando Bloom, allez revoir Zulu), ce n’est donc pas ici qu’ils en font toute l’étendue. Ils sont tous corrects mais il n’y a pas une prestation à saluer plus qu’une autre. Le job est fait, point barre.

Conspiracy est donc un film d’espionnage plutôt moyen. Le scénario, la mise en scène, le casting, pourtant impressionnant sur papier, tout est de qualité moyenne. C’est correct mais loin d’être transcendant ni même mémorable. Ca n’en reste pas moins divertissant mais, deux heures après, on a déjà oublié l’avoir vu.