Action, Critiques de films

Critique : Criminal Squad de Christian Gudegast

Braquage à l’ancienne

Chaque jour, 120 millions de dollars en liquide sont retirés de la circulation et détruits par la Réserve fédérale de Los Angeles. Un gang de braqueurs multirécidivistes va tenter l’audacieux tout de force de mettre la main dessus. Mais, ils vont se heurter à une unité d’élite de la police qui n’a pas l’intention de jouer dans les règles de l’art. Tous les coups sont permis pour coincer ces gangsters prêts à tout.

Film de braquage avec un synopsis vu quinze fois, Gérard Butler en tête d’affiche, une durée de 2h20, un titre français à la con… En regardant de très loin, Criminal Squad ressemble a un joli nanar du dimanche. Et on se dit qu’avec cette longue durée, on va a voir le droit a du grand n’importe quoi. Et finalement, il s’avère qu’on assiste a un grand retour au film d’action du genre, bourré de testostérone. Un gros film de couilles qui est le bienvenu dans les moments actuels!

Des flics sans gênes tatoués et musclés comme jamais qui boivent de l’alcool, des méchants bien laids. Voici le face à face auquel on a le droit pendant Criminal Squad. En tête d’affiche, un Gérard Butler, barraqué comme jamais et au charisme absolument fou. l’acteur approche de la cinquantaine et il n’a probablement jamais été aussi en forme. L’arrivée des cheveux blancs lui rajoute un niveau en plus.

Le film s’ouvre sur une scène de braquage tout droit sorti de The Town ou Heat. les références ne sont absolument pas cachés et on va pas se mentir, cela fonction à merveille. Car c’est dedans que le film de Christian Gudegast marche. Criminal Squad est un film d’une efficacité merveilleuse et rare dans le genre aujourd’hui. Nous sommes dans un ton totalement jouissif tant le mélange de ses références est excitant à voir.

Premier film de Christian Gudegast en tant que réalisateur (il était le scénariste de La chute de Londres), on sent qu’il est encore un peu timide et que son souhait est de rendre de manière très lisible ses scènes d’actions. Honnêtement, cela fait plaisir tant un mec comme Olivier Megaton aurait eu une caméra à l’épaule bien dégueulasse. Les scènes de fusillades sont clair et le récit bien maîtrisé. On en redemande encore plus tant les 2h20 sont palpitantes.

On est happé par le récit. Par ailleurs, l’écriture des personnages est assez bien développé dans les deux camps, ceux qui est assez rare. Ainsi le groupe des braqueurs est tout autant mis en avant que celui des policiers et cela rend le final encore plus excitant. O’Shea Jackson Jr, le fils d’Ice Cbe est d’ailleurs asse sympathique à voir tant son personnage est bien travaillé. Curtis « 50Cent » Jackson fait son job et la petite surprise vient de Pablo Schreiber, qui a une belle gueule de méchant.

Au final, Criminal Squad ne révolutionne pas le genre, mais son coté de films bourrins assumé et surtout totalement efficace, le rend dans une catégorie supérieur. Un film bien bandant qui fait du bien. Gérard Butler nous réjouit et on a très hâte de voir Christian Gudegast sur un nouveau projet. Et pourquoi pas un Expendables?