A l'affiche, Comédie, Critiques de films, Romance, Sorties Belgique

Critique : Daddy Cool de Maxime Govare

L’immaturité dans le couple

Adrien, 40 ans et totalement immature, se fait larguer par Maude, 35 ans, désireuse d’enfin fonder une famille. Pour tenter de reconquérir l’amour de sa vie, Adrien décide de monter dans le futur ex-appartement conjugal: une crèche à domicile… Le début, d’une improbable expérience éducative…

Après Toute première fois, Maxime Govare continue d’explorer le couple à travers la comédie romantique et il s’essaye cette fois au style Judd Appatow avec Daddy Cool. Si parfois les gags peuvent paraître assez lourds, le film s’avère être une comédie populaire efficace.

Que feriez-vous si la femme de votre vie vous quittait à 4h du matin parce que vous êtes immature ? C’est avec cette idée que Maxime Govare se lance pour parler de la reconquête amoureuse et montrer que parfois l’immaturité peut être importante pour ne pas oublier qui nous sommes réellement.

Le couple Vincent Elbaz/Laurence Arné fonctionne admirablement bien à l’écran même si l’on regrette parfois certaines situations entre les deux personnages qui viennent casser le rythme du film. L’écriture des dialogues est assez remarquable et les seconds rôles sont attachants et drôles. Si l’histoire est assez classique et que l’on comprend très vite où l’on va, on passe un agréable moment.

Mais la force du film réside dans les enfants. En effet, pour prouver qu’il n’est pas si immature, Adrien (Vincent Elbaz) décide d’ouvrir une crèche à domicile. Pour ce faire, on se retrouve donc avec cinq enfants en bas âge. Si les gags sont assez faciles et parfois trop scato, les situations paraissent suffisamment réelles pour nous divertir et apporter du charme.

Daddy Cool est ainsi une comédie plaisante, portée par un casting impeccable et des petits enfants attachants. Si elle peut paraître facile par son histoire assez convenue, Maxime Govare la dote de dialogues assez savoureux pour nous faire passer un agréable moment.