Non classé

Critique : Goodbye Morocco, de Nadir Moknèche

A travers l’histoire tragique d’une femme qui rêve de liberté, Nadir Moknèche présente une vision très dure de la société marocaine. 

 

Affiche du film Goodbye Morocco de Nadir Moknèche
Affiche du film Goodbye Morocco de Nadir Moknèche

 

Au Maroc, Dounia est dans une situation considérée comme scandaleuse par sa famille : divorcée elle vit avec son amant. Elle trouve une fresque du IVème siècle dans une tombe chrétienne découverte sur le chantier qu’elle dirige avec son conjoint. Elle y voit une possibilité de quitter le pays avec l’homme qu’elle aime et son fils qui a été placé à cause de son choix de vie…

 

 

L’ambiance pesante de ce thriller est très bien mis en place à la fois à travers les codes de la société marocaine et la tension de l’histoire en elle même. La fatalité de la situation est ressentie dés le départ et se fait de plus en plus évidente à mesure que l’histoire évolue. Et, il y a un vrai suspens, accentué par le choix du réalisateur de mettre en place une narration non-linéaire.

 

Extrait du film Goodbye Morocco (2013)
Extrait du film Goodbye Morocco (2013)

 

Les personnages principaux sont très riches et très profonds et ils sont réellement mis en valeur par de très bons acteurs. Lubna Azabel (Des vents contraires, Les hommes libres, Mensonges d’Etat…) joue à la perfection la mante religieuse, femme forte qui dirige des hommes d’une main de fer. Malgré son petit gabarit elle est très crédible dans cet univers masculin tant ses regard et sa voix impose le respect, même à travers l’écran.

 

Extrait du film Goodbye Morocco (2013)

 

Le scénario en lui même est assez original et il permet de mettre en lumière plusieurs problèmes de la société marocaine. Il aborde pèle mêle le poids des traditions, la liberté de la femme, une certaine corruption, les travailleurs sans-papiers…Le but n’est pas d’aller au fond de ses questions mais de montrer à quel points elles peuvent être cruelles et destructrices.

 

L’avis : Ce thriller au sujet assez original et intéressant du trafique d’œuvre d’arts au Maroc et bien servi par de très bons acteurs. Ce récit très sombre sert de prétexte au réalisateur pour mettre efficacement en lumière ce qu’il réprouve de la société marocaine.