Action, Comédie

Critique : Hitman & Bodyguard de Patrick Hugues

Good kill bad kill

Un redoutable tueur à gages est contraint de témoigner contre son ancien employeur devant la Cour internationale de justice de La Haye. Interpol est alors chargée de l’escorter jusqu’aux Pays-Bas et engage le meilleur garde du corps du métier pour mener à bien cette mission. Mais c’était sans savoir que depuis des années, les deux hommes s’opposent : les voilà désormais obligés de s’associer pour tenter de survivre aux pires épreuves… De l’Angleterre à La Haye, ils vont vivre une aventure délirante, une succession infernale de tentatives de meurtre, de courses-poursuites pour échapper à un dictateur d’Europe de l’Est prêt à tout pour les éliminer.

Travailler dans la sécurité, cela demande beaucoup de compétences. Résistance au stress, préparation, anticipation, penser à tout, au moindre petit détail car, s’il y a un couac, les conséquences peuvent être terrible. Surtout si la mission est de garder quelqu’un en vie. C’est ce qui arrive à Michael Brycequi, après une mission ratée, se voit obliger de ne plus s’occuper que de clients de moindre envergure. Un beau jour, son ex, qu’il accuse être à la base de l’échec de sa mission fatale, lui demande d’escorter un prisonnier d’importance cruciale à La Haye où il doit témoigner contre un dirigeant génocidaire. Un des problèmes, c’est que le témoin en question a tenté plusieurs fois celui qui doit l’escorter.

Un point A, un point B, deux hommes pris pour cibles doivent effectuer le trajet en un certain temps. C’est une trame qui peut être risquée car simpliste. Mais c’est aussi l’occasion de mettre les personnages dans des situations impossibles voire spectaculaires. Hitman & Bodyguard comporte son lot de séquences péchues comme cette mémorable course-poursuite dans les rues et sur les canaux d’Amsterdam. De mémoire, c’est l’une des plus réussies ayant lieu dans la capitale néerlandaise vues au cinéma.

Hitman & Bodyguard c’est aussi, et surtout, une grosse dose d’humour. Avec un duo composé de Ryan Reynolds et Samuel L. Jackson, il ne pouvait en être autrement. Les blagues et autres tacles fusent. Tout comme les « motherfucker » répétés inlassablement par Samuel L. Jackson, à croire qu’il a un quota élevé à atteindra à chaque film. Quoi qu’il en soit, cette paire fonctionne du tonnerre. L’association entre les deux a mis du temps à arriver mais le résultat est à la hauteur des attentes. A noter également la présence de Gary Oldman dans le rôle du méchant, le dirigeant génocidaire d’Europe de l’est.

Finalement, Hitman & Bodyguard, c’est une comédie d’action réussie qui ne restera pas dans les annales mais qui a le mérite de bien faire ce qu’elle désire faire. Le choix de mettre Ryan Reynolds et Samuel L. Jackson était évidemment attendu et est une bonne idée. La meilleure du film probablement.