A l'affiche, Critiques de films, Drame, Policier

Critique : Le bonhomme de neige de Tomas Alfredson

Une adaptation froide?

Harry Hole, inspecteur de police surdoué à Stockholm est sur une nouvelle affaire. Un serial killer surnommé le bonhomme de neige qui sévit lors des premières neiges, commence à faire ses premières victimes. Aidée de la jeune et brillante Katrine Bratt, il va élucider ces crimes d’un tueur qui ne sait que trop bien comment jouer  avec les nerfs et la vie privée du policier.

Après La taupe et Morse, Tomas Alfredson nous revient avec une troisième adaptation d’un roman à succès. Roi des personnages glaciaux psychologiquement double et instable, prince des histoires aux rebondissements complexes, j’attendais donc avec grande impatience son adaptation. Avant de parler du film en lui-même, quelques mots du roman. Le bonhomme de neige est tiré d’une série de roman policier à succès par l’auteur norvégien Jo Nesbø qui suit les enquêtes de l’inspecteur Harry Hole, personnage fort sympathique alcoolique, incapable de s’intégrer dans la société, rustre mais terriblement perspicace, perfectionniste et avec un sens moral (propre) assez développé. Bref un personnage de roman policier correspondant parfaitement à ce qu’on attend de lui mais vraiment bien écrit. La série compte actuellement onze opus, et Le Bonhomme de neige en est le septième. Harry Hole a déjà eu le temps de se faire une belle réputation, de voir pas mal de ses proches et collègues mourir et de passer de personne légèrement asociale à carrément antisocial.

Ayant eu vent du projet, j’étais plus qu’excitée de savoir que le réalisateur serait Tomas Alfredson, je ne pouvais pas imaginer meilleur choix que celui-ci. Il a ce calme de l’horreur et cette intelligence des situations complexes dans ces deux derniers films. La bande-annonce m’a quant à elle un peu refroidie, elle se concentrait un petit peu trop sur les moments gores de l’histoire, qui sont géniaux dans le livre mais pas omniprésents non plus. Quid du film au final ? S’il m’a fait réellement plaisir, je ne pourrais pas vraiment le considérer comme un bon film. Il oscille trop souvent entre plein de genres différents et n’arrive pas à trouver un bon équilibre. Entre les scènes « d’horreur » qui sont en général visuellement bien faites mais pas aussi présentes et « choc » que dans la bande-annonce (à mon grand plaisir finalement car ce n’est très clairement pas le point principal), l’histoire et les personnages complexes mais qui n’arrivent pas à s’installer car pas assez de temps de film et une enquête qui est par contre quant à elle assez mal représentée, le film ne s’installe pas et il est assez difficile de rentrer dedans. J’ai passé plus de temps à essayer de le comparer avec le livre qu’à réellement ne regarder que le film.

Petit point casting. Les acteurs sont tous bons et correspondent à leur personnage. Je trouve juste dommage que le casting ne soit pas 100% suédois avec des dialogues en suédois. L’anglais fait perdre quelque chose d’assez intéressant à l’histoire (qui est déjà passé d’Oslo à Stockholm mais bon, je pense que ce genre de changement peut se faire) même s’il fait surement gagné beaucoup en terme d’entrées. Le casting est assez cosmopolite (l’allemand et Irlandais Michael Fassbender, la Franco-britannique Charlotte Gainsbourg, l’américaine Chloé Sevigny) et compte une suédoise, tout de même, Rebecca Ferguson et tous ont plus ou moins une carrière internationale.  Outre leur nationalité qui me gêne un peu, chacun a le physique et le charisme correspondant à leur personnage.  Le charme déglingué et très masculin de Fassbender, la beauté froide de Ferguson, un « je ne sais quoi » subtil de Gainsbourg, montrant un vrai travail précis pour chacun des acteurs.

Après réflexion, ce que je reproche au film, est finalement d’être un film et non pas une série. Le temps d’image est le plus gros problème. La complexité de l’histoire et des personnages qui transparait à peine dans le film aurait nécessité au moins trois fois plus d’heures à l’écran.  Un exemple tout simple, Katrine Bratt est l’un de mes personnages favoris, dans le roman (spoiler un peu alert pour ceux qui voudrait les lire) le lecteur se met à imaginer qu’elle pourrait être le tueur en série alors que dans le film cette hypothèse est complètement évincée, déjà par la première scène qui est un flash back de l’enfance du tueur très mal venue, et ensuite car on a pas assez le temps pour développer la psychologie de chaque personnages qui est l’atout principal de cette série de livre.

Au final, je ne peux pas vraiment qualifier ce film que je ne trouve ni bon ni mauvais. Certains éléments valent la peine (les acteurs, les plans, l’idée même de l’adaptation) mais le film n’arrive pas à choisir une direction claire et du coup s’embourbe sans emporter le spectateur. De plus, la série de livre étant assez populaires une partie des personnes regardant le film l’auront en tête et ne pourront s’empêcher de faire une comparaison qui ne pourra être qu’en défaveur du film. Même sans avoir réellement aimé le film, j’ai tout de même été excité lors de la toute dernière scène du film qui semble annoncer une suite avec l’adaptation du Léopard, la suite de enquêtes d’Harry Hole avec un tueur encore plus fucked up que Le Bonhomme de neige. Un film peut-être meilleur aussi ?