Critiques de films, Drame, Histoire

Critique : L’échange des princesses de Marc Dugain

Problèmes royaux

1721. Une idée audacieuse germe dans la tête de Philippe d’Orléans, Régent de France… Louis XV, 11 ans, va bientôt devenir Roi et un échange de princesses permettrait de consolider la paix avec l’Espagne, après des années de guerre qui ont laissé les deux royaumes exsangues. Il marie donc sa fille, Mlle de Montpensier, 12 ans, à l’héritier du trône d’Espagne, et Louis XV doit épouser l’Infante d’Espagne, Anna Maria Victoria, âgée de 4 ans. Mais l’entrée précipitée dans la cour des Grands de ces jeunes princesses, sacrifiées sur l’autel des jeux de pouvoirs, aura raison de leur insouciance…

Marc Dugain s’est fait rare au cinéma. Le réalisateur de La chambre des officiers nous revient avec un nouveau film d’époque, L’échange des princesses. Cette fois-ci, il est question de géopolitique royale au XVIIIème siècle. Il s’agit en fait d’un échange entre princesses (sans blague) entre la France et l’Espagne afin de consolider leur alliance et, surtout, éviter tout risque de guerre. Les rois et futurs rois, encore mineurs, vont bientôt atteindre l’âge de régner, il est temps de leur trouver des épouses. C’est comme ça que des enfants qui ont 11, 12, 4 et une dizaine d’années pour le dernier, vont être amenés à se marier. Les us et coutumes d’antan…

D’un point de vue strictement historique et géopolitique, L’échange des princesses est un film intéressant. En théorie du moins. Voir et comprendre comment les choses étaient régies à l’époque et même complexe, cela vaut la peine d’être raconté. C’est une époque complètement différente de la société actuelle ce qui veut dire que les manières de régler les problèmes étaient différentes également. Aujourd’hui, elles semblent, au mieux, farfelues, au pire, complètement dingues et inhumaines. Le décalage d’époques est donc un bon point de départ. Ça ne rend pas le film réussi pour autant, la faute à des personnages insipides et, pour la plupart, inintéressants au possible.

Ce qui n’aide pas, ce sont les performances des acteurs. Rarement Lambert Wilson n’a été si mauvais. Il en fait des caisses, semble complètement à côté de ses pompes et, ne sonne jamais juste. Triste. Quant à Olivier Gourmet, il fait du Gourmet. C’est plutôt du côté des jeunes comédiens qu’il faut lorgner afin de trouver un semblant d’intérêt. Kacey Mottet Klein, Igor Van Dessel, Anamaria Vartolomei et Juliane Lepoureau (qui sera l’an prochain dans La Ch’tite Famille) sont certainement ceux qui jouent le mieux, avec Thomas Mustin dans le rôle du Duc de Condé.

Les seules notes réellement positives, ce sont les costumes et décors, très soignés et particulièrement beaux et réussis. Il y a aussi quelques plans qui sont plutôt jolis et bien pensés mais, ils sont bien trop peu nombreux que pour créer une réelle différence.

Dommage que L’échange des princesses ne parviennent jamais créer l’adhésion du public, la faute à une écriture faible et des personnages dont on se fiche qui ne sont pas aidés par des acteurs en petite forme, pour les adultes principalement. Seuls les enfants et jeunes tirent légèrement leur épingle du jeu mais c’est tout de même insuffisant que pour contre balancer les problèmes du film.