A l'affiche, Comédie, Critiques de films

Critique : L’extraordinaire voyage du fakir de Ken Scott

Trouver l’amour chez Ikea

Aja, un jeune arnaqueur de Mumbai entame, à la mort de sa mère, un extraordinaire voyage sur les traces du père qu’il n’a jamais connu. Il rencontre l’amour à Paris dans un magasin de meubles suédois, le danger en compagnie de migrants somaliens en Angleterre, la célébrité sur une piste de danse à Rome, l’aventure dans une montgolfière au-dessus de la Méditerranée, et comprend finalement ce qu’est la vraie richesse et qui il souhaite devenir.

Adaptation d’un best seller par un producteur français avec un casting international et réalisé par Ken Scott, le réalisateur canadien de Starbuck, L’extraordinaire voyage du Fakir s’avère être un film d’une qualité incroyable et surprenante. Charmant, bon enfant, surprenant, le film de Ken Scott séduit dans un paysage cinématographique assez pauvre dans le genre.

Pourtant tout n’était pas gagné pour le voyage du Fakir. Le projet était d’abord mené par Marjane Sattrapi et devait avoir Uma Thurman au casting notamment. Repris en main par Ken Scott, le film pouvait faire peur à la simple vue de son affiche et de son casting un peu moins huppé que celui initialement prévu. Pourtant, tout fonctionne dans ce petit film qui n’a que pour seul but de nous faire passer un moment agréable. 

On suit donc le personnage d’Aja qui décide de partir à Paris pour y déposer les cendres de sa mère. Lors de son voyage, il va y faire des rencontres passionnantes et parcourir l’Europe. Ces différents personnages d’horions différentes vont lui apprendre les différentes richesses humaines et de la vie.

S’inscrivant dans son époque, le film bénéficie de dialogue savoureux. La rencontre en le fakir et le chauffeur de taxi incarné par Gérar Jugnot est absolument savoureuse. Mais ce qu’on retiendra surtout c’est le discours sur les sans papiers et leurs situations.

Le long-métrage de Ken Scott bénéficie d’une photographie sublime, celle de Vincent Mathias (Au revoir là-haut) et multiplie les séquences légères comme une scène de chant dans un commissariat à Londres ou encore une façon Bollywood avec la ravissante Bérenice Bejo qui interprète une diva. L’actrice y est une fois de plus remarquable.

Porté par sa superstar indienne Danush, L’extraordinaire voyage du fakir est une comédie romantique techniquement impeccable voire même très au dessus de la moyenne pour ce type de film. Par ailleurs, le film donne une véritable joie communicative et vous fera passer 90 minutes d’évasion absolument merveilleuse.