Cannes 2015, Critiques de films, Drame, Festivals, Thriller

Critique : Maryland d’Alice Winocour

Présenté au Festival de Cannes 2015 dans la section Un Certain Regard, le nouveau film d’Alice Winocour.
Extrait de Maryland
Extrait de Maryland

C’est un film étrange, aux frontières du thriller et du drame psychologique.

Tout commence par l’arrivée d’un soldat victime de syndrome post-traumatique, qui rentre d’Afghanistan, un Matthias Schoenaerts égal à lui-même : une sorte de brute gavée aux stéroïdes comme dans Bullhead et De Rouille et d’Os. Sa visite médicale semble peu concluante et on sent qu’il ne va pas pouvoir « y retourner » tout de suite; chose qu’il désire par dessus tout.

On entre dans la première partie du film, de loin la plus intéressante : le drame psychologique, voire psychiatrique. Il se retrouve en garde du corps pour personnes très fortunées et semble s’amouracher de la femme de son patron, un richissime homme d’affaires qui trempe dans des magouilles à la limite de la légalité.
Cette femme n’est autre que Diane Krüger, mère oisive du rejeton-héritier, elle semble fermée les yeux sur les activités de son mari.
Durant toute cette première partie, l’image est sombre, menaçante ; le cadre tremble, le garde du corps a des hallucinations, il devient paranoïaque. On hésite, on le suit, on a peur de ce qu’il pourrait faire, à se croire en pleine guerre…
Le film s’enchaîne alors sur sa seconde partie… du film de genre pur. Un thriller assez efficace, avec des images violentes, une tension extrême. Des scènes dignes de tout bon James Bond.
Mais une résolution qui ne repose sur rien, n’explique rien.
Cela arrive dans les thrillers, une fin qui pose mille questions, qui fait vivre le film dans la tête des spectateurs bien au-delà du visionnage; il y a même des fins qui sont reprises sur internet, disséquées, pleines d’hypothèses.
Pour notre plus grand malheur cette fin-ci est facile, elle arrête tout sans explication, sans but. Comme si le thriller n’était en fait qu’un exercice de style sans intérêt autre que celui de voir des combats. Décevant.
Après le très remarqué Augustine, Alice Winocour revient avec un film inégal, froid et très décevant. Les deux acteurs sont justes mais ne révolutionnent pas les carcans qu’on leur connaît. Une première partie très intéressante qui se fait écraser par du thriller vide et inutile.