Cannes 2013, Critiques de films, Drame, Guerre, Histoire

Critique : Michael Kohlhaas, d'Arnaud des Pallières

Présenté à Cannes, récompensé à Bruxelles, Michael Kohlhaas, d’Arnaud des Pallières, se dévoile.

 

Affiche du film Michael Kohlhaas, d'Arnaud des Pallières
Affiche du film Michael Kohlhaas, d’Arnaud des Pallières

 

Un film avec Mads Mikkelsen, ça donne envie. Un film où il parle en français, ça attise la curiosité. Autant dire que Michael Kohlhaas était un projet attendu au tournant, surtout qu’il est réalisé par un très bon documentariste: Arnaud des Pallières. Bien que sur la forme l’exercice est réussi, sur le fond, c’est autre chose. Explications sur une déception.

 

L’histoire de Michael Kohlhaas, éleveur de chevaux dans les Cévennes durant le XVIème siècle. Victime de l’injustice d’un seigneur, Kohlhaas va vouloir faire la sienne en levant une armée afin d’obtenir justice et ce qui lui est dû. Une histoire simple mais efficace sur le papier. Le problème est que des Pallières ne fait qu’effleurer divers sujets sans jamais aller plus en profondeur alors qu’il y avait largement de quoi faire: le problème de l’autorité, la rebellion, la paternité, la fraternité,… Les sujets ne manquaient pas et ce film est plus une jolie coquille vide qu’autre chose.

 

Des Pallières s’est limité à son scénario qu’il aurait du plus étoffer. Parce que si tout est très bien fait, on se retrouve devant un beau tableau sans profondeur devant lequel l’ennui s’installe à force. Il n’y a pas grand chose à reprocher à des Pallières au niveau de la mise en scène car celle-ci est efficace. Les plans sont travaillés, les cadres recherchés, la photographie est superbe, la caméra est posée et le réalisateur prend le temps de décrire les différentes situations. Mais il y a un goût de trop peu, d’inachevé.

 

Extrait du film Michael Kohlhaas (2013)
Extrait du film Michael Kohlhaas (2013)

 

Michael Kohlhaas est donc interprété par Mads Mikkelsen, l’acteur danois mondialement connu pour avoir joué “Le Chiffre” dans Casino Royale et qu’on a aussi pu voir dans Les Bouchers Verts, La Chasse, A Royal Affair. Celui-ci joue en français, une langue qu’il ne parle absolument pas, c’est pourquoi il a dû apprendre ses répliques par coeur. Sa diction est très bonne et on le comprend très bien. Il apporte à son personnage une dimension épique. Un côté très paternel d’un homme bon mais aussi une face plus sombre d’un personnage dont le but est d’obtenir la justice.

 

Mikkelsen n’est pas la seule bonne idée au niveau du casting puisqu’il a pour partenaires plusieurs acteurs aux carrières bien remplies: Bruno Ganz, Sergi Lopez, Denis Lavant, Mélusine Mayance,… mais aussi le jeune Paul Bartel vu dans Les Géants. Ceux-ci ont tous des petits rôles mais les exécutent vraiment bien. Il n’y en a pas un qui est en dessous.

 

L’avis : Michael Kohlhaas est donc un film maitrisé sur sa forme mais malheureusement un peu faible sur son fond, ce qui n’empêche pas le spectateur de s’ennuyer.