Non classé

Critique : Ne nous soumets pas à la tentation, de Cheyenne Carron

Ne nous soumets pas à la tentation est le troisième film de Cheyenne Carron. Les deux premiers sont Ecrochés (2007), et Extase (2009). Mais nous pourrons la revoir bientôt avec L’Enfant public qui sortira prochainement dans nos salles.

 

 

Ne nous soumets pas à la tentation, de Cheyenne Carron affiche
Ne nous soumets pas à la tentation, de Cheyenne Carron affiche

 

Une jeune fille qui s’immisce dans un couple sans histoire. Derrière cette classique histoire d’adultère, se cache des motivations bien plus obscures, des secrets, des règlements de comptes…

Ne nous soumets pas à la tentation à été sélectionné au 45ème festival HOF de Munich, ainsi qu’à  Braunschweig au Filmfest 2011 (ces deux festivals sont situés en Allemagne). Ce film à quelque chose d’assez particulier, car Cheyenne Carron n’est pas qu’une simple réalisatrice, mais aussi la productrice de ce film. Mais à l’entendre cela ne pose pas de problème malgré le peu de ressources. La scénariste s’est inspirée d’une déception amoureuse personnelle pour rédiger son scénario.

 

Un film qui tourne autour de trois personnages, avec trois points de vue et trois mensonges. Cheyenne Carron a fait le choix de diviser son film en chapitres (quatre parties). Les trois premiers sont ciblés sur chaque personnage et le dernier n’est tout simplement que l’épilogue. La scénariste a pris un casting de choix : Jean-François Garreaud que l’on a pu voir dans de nombreuses séries télévisées telles que Plus belle la vie, Sous le soleil, Les petits meurtres d’Agatha Christie, mais aussi dans quelques films comme Contre-enquête de Franck Mancuso (2007) ou encore Betty, de Claude Chabrol (1992). Swann Arlaud, qui a joué récemment dans les Émotifs anonymes, de Jean-Pierre Améris (2010), Belle épine, de Rebecca Zlotowski (2010) et bien d’autres. Mais Cheyenne Carron a aussi fait le choix de prendre des acteurs ou plutôt actrices moins connues comme Guillemette Barioz pour qui Ne nous soumets pas à la tentation est le premier film. Et Agnès Delachair qui a fait quelques films ainsi que séries TV.

Ne nous soumets pas à la tentation, de Cheyenne Carron
Ne nous soumets pas à la tentation, de Cheyenne Carron

 

Tout ce petit monde a réussi à collaborer, ce qui provoque au final un bon effet sur le spectateur, c’est-à-dire que le public s’est pris de compassion pour chacun des personnages, malgré leurs histoires et leurs caractères totalement différents. Les acteurs ont pu faire pas mal d’improvisations (sur les conseils de la réalisatrice), ce qui rend le film moins platonique, même si certaines scènes sont  lourdes et longues. Ne nous soumets pas à la tentation est un film à petit budget et cela se ressent dans les décors, mais cela n’est pas dérangeant, puisque les rôles de certains acteurs sont simplistes, il n’aurait donc pas fallu quelque chose de grandiose, car il y aurait eu une rupture entre l’environnement et les personnages eux-mêmes. Il ne faut pas oublier de souligner que la bande-originale du film est tiré d’un MySpace : Helluvah, qui est un groupe rock  français que j’ai trouvé vraiment très bon).

L’avis : Est-ce que nous connaissons réellement la vie des personnes avec qui l’on vit?