A l'affiche, Critiques de films, Histoire, Thriller

Critique : Otages à Entebbe de José Padilha

Une prise d’otage qui a changé l’histoire

1976, un vol Air France de Tel Aviv pour Paris est détourné sur Entebbe, en Ouganda.
Les faits qui s’y sont déroulés ont changé le cours de l’histoire.

Après le mal aimé remake de Robocop, le réalisateur brésilien José Padilha fait son retour avec Otages à Entebbe. Troisième film sur la fameuse prise d’otages, le metteur en scène s’accapare les services de deux gros noms hollywoodiens avec Rosamund Pike et Daniel Bruhl. Pourtant sa reconstitution mélangée à certains événements de fiction s’avère plus politique qu’autre choses.

Padilha raconte cette fameuse prise d’otage de plusieurs points de vue.  Le récit est ainsi éclaté et on voit chacun des protagonistes évoluer tout le long de la semaine de l’événement. S’il accorde une grande importance aux révolutionnaires d’extrême gauche allemands, on suit également la vie des otages, des terroristes palestiniens mais aussi celle du gouvernement israélien.

Si Otages à Entebbe s’avère un thriller efficace grâce à la mise en scène de son réalisateur qui arrive à faire monter la tension et faire vivre ses personnages, le film se veut surtout une réflexion politique sur le gouvernement israélien et le conflit avec la Palestine. Les actions françaises et notamment du gouvernement de Valery Giscard d’Estaing sont très peu présent, laissant alors la seule présence française à l’un des otages du film. Rappelons que l’avion détourné appartenait à Air France. Très souvent bavard et très recherché dans sa vision historique, le film peut alors perdre les spectateurs.

Si la présence de Pike et Bruhl vampirise le film, on retiendra surtout les interprétations de Denis Ménochet ainsi que celle d’Eddie Marsan dans le rôle de Shimon Peres.

Le nouveau long-métrage de Padilha n’est pas réussi en tout point mais avec un casting solide, il permettra au public de découvrir ces événements. De surcroît, la mise en scène efficace en fait un film historique à voir. A réserver donc à ceux qui veulent voir un film historique et découvrir le fonctionnement de l’état israélien.