Non classé

Critique : Parlez-moi de vous, de Pierre Pinaud

Après un court-métrage remarqué, Pierre Pinaud revient avec un long, Parlez-moi de vous, une très bonne comédie dramatique où il dirige une excellente Karin Viard, tantôt animatrice radio à l’écoute des problèmes des autres femmes, tantôt à la recherche d’une mère qui l’abandonnée.

 

Parlez-moi de vous, de Pierre Pinaud affiche
Parlez-moi de vous, de Pierre Pinaud affiche

 

À 40 ans, Mélina est la voix la plus célèbre de France. Animatrice à la radio, la nuit à l’antenne elle résout les problèmes affectifs et sexuels des auditeurs avec impertinence, humour et sans tabou. Tout le monde connaît sa voix, mais personne ne connaît son visage.
Dans la vie, elle évite tout contact et vit comme une vieille fille dans les beaux quartiers. Partie à la recherche d’une mère qu’elle n’a jamais connue, elle découvre que celle-ci vit au sein d’une famille nombreuse, en banlieue. Elle décide de s’approcher d’elle, incognito….

Pour Parlez-moi de vous, Pierre Pinaud a su s’entourer de talentueux acteurs. Tout d’abord Karin Viard que l’on a pu voir dans de nombreux films où elle a su toucher le spectateur à chacune de ses prestations. Tout récemment, c’était dans des films comme  Potiche, de François Ozon, Ma part du gâteau, de Cédric Klapisch ou encore dans Polisse qui est sorti en salles fin 2011, réalisé par Maïwenn. Mais Karin Viard a une belle carrière, à l’instar de ces deux César (Haut les coeurs ! en 2000 et Embrassez qui vous voudrez en 2002). C’est une des rares actrices aux talents divers, elle peut très bien jouer une femme de ménage, dans Ma part du gâteau, qu’une femme avec une double vie dans Parlez-moi de vous. Dans ce dernier, elle incarne une célèbre animatrice radio dont tout le monde connait la voix, mais pas le visage. Bourgeoise snob et renfermée, elle se décide à partir à la recherche de sa mère qui l’a abandonnée très jeune. Sur son chemin, elle rencontre un jeune homme fougueux et sans préjugés, qui croque la vie sans prise de tête, Lucas, joué par Nicolas Duvauchelle. Ce dernier a déjà une conséquente filmographie à son actif, aussi bien présent au cinéma que dans des séries télévisées telles que Braquo, avec un terrain de prédilection qui se trouve être le grand écran (Hell, Le Grand Meaulnes). Nicolas Duvauchelle retrouve par ailleurs Karin Viard,  avec qui il a tourné dans Polisse.

 

Parlez-moi de vous, de Pierre Pinaud
Parlez-moi de vous, de Pierre Pinaud (2012)

 

Pierre Pinaud filme une très belle histoire avec des vraies idées de mise en scène (par exemple lorsque Mélina se retrouve dans un jardin au milieu des jouets, à l’écart de la soirée qui célèbre l’anniversaire de Lucas, donc à l’écart de tout contact social, et qui se retrouve face à un passé qu’elle n’a pas eu). Une histoire qui a su être très bien interprétée, tout en rendant hommage a une belle actrice, naturelle en tout point, Nadia Barentin (que l’on connaît surtout pour son rôle dans Louis la Brocante) qui est décédée peu après le tournage du film. Le titre du film, explique toute l’histoire, c’est Parlez-moi de vous (mais pas de moi), adapté au personnage de Karin Viard. Le réalisateur a réussi à faire d’une histoire simple, un vrai moment d’émotion, qui se joue de la comédie et du dramatique. Ce film est en quelque sorte un signe d’admiration que voue Pierre Pinaud, aux femmes perdues, troublées. Mais pour aborder un sujet tel que celui-ci, où les thèmes principaux sont la recherche de personnalité à travers un passé, ainsi que l’adoption (dans le sens général du terme), le metteur en scène a dû se documenter. Il évite les écueils et le pathos du dramatique, à l’image de la scène de l’hôpital, qui symbolise tout le cheminement du film, mais également la colère contenue par le personnage de Karin Viard. En insérant quelques touches humoristiques, Pierre Pinaud allège le penchant dramatique et arrive à nous faire sourire tout en nous touchant.

 

L’avis : Parlez-moi de vous est un premier bon long métrage pour Pierre Pinaud, porté par une actrice toujours aussi géniale et appliquée dans son rôle. En espérant qu’il ne soit pas le dernier.