Action, Critiques de films

Critique : Rampage – Hors de contrôle de Brad Peyton

Monstres et conneries

Primatologue de profession, David Okoye a plus de mal à nouer des liens avec ses semblables qu’avec les singes. Pas étonnant qu’il se soit pris d’affection pour George, adorable gorille d’une intelligence hors du commun, dont il s’occupe depuis sa naissance. Mais suite à une expérience génétique catastrophique, George se métamorphose en monstre incontrôlable. Et il n’est pas le seul puisque d’autres animaux se transforment en prédateurs enragés aux quatre coins du pays, détruisant tout sur leur passage. Okoye décide alors de travailler d’arrache-pied avec une généticienne pour mettre au point un antidote. Pourront-ils à temps empêcher la planète d’être ravagée ?

Alerte ! Blockbuster de destruction massive en approche. Oh qu’il est beau et qu’il est chaud. Rampage Hors de contrôle annonce sur le papier un film d’action totalement décérébré avec un Dwayne Johnson totalement sous testo et des monstres géants. Bref, le film parfait pour une soirée nanar. Mais si de ce point de vue le film remplit son cahier des charges, il nous laisse un arrière gout de déception dû à un mélange mal dosé de sérieux et de stupidité.

Rampage, c’est quoi ? De base il s’agit d’un jeu vidéo d’arcade sorti sur Atari puis Playstation, GameBoy et cie. Le but du jeu était de contrôler l’un des trois monstres géants, en l’occurrence un gorille, un reptile et un loup. Puis il fallait détruire un maximum de bâtiments, manger des civils et survivre aux assauts des armées. Autant dire que sur ce point, le film respecte bien son ambition de destruction porn

Brad Peyton et Dwayne Johnson refont donc équipe pour ce Rampage après l’excellent film nanar de catastrophe San Andreas. Il faut dire qu’on avait déjà pris notre pied à l’époque devant tant de destruction. On s’attendait donc ici à un même constat. Malheureusement ce ne sera pas le cas. Si les scènes d’action, et notamment la grosse scène de destruction dans la ville, sont jouissives à souhait, on regrette énormément le fait d’avoir un film qui se prend trop au sérieux dans son histoire.

Ainsi, le film prend trop de temps à démarrer et déclenche une histoire politique sur une agence. Autrement dit, une bonne heure d’ennui où l’on découvre des personnages stupides. On pense notamment aux « méchants » de l’histoire. D’abord, incarnée par Malin Akerman, elle dirige l’agence qui a involontairement transmis le virus. Personnage de femme de pouvoir, habillé en robe rouge histoire d’illustrer sa dimension prédatrice, elle y est absolument ridicule. Bien évidemment, Jake Lacy y est tout aussi con dans le rôle de son assistant et on taira le rôle de Jeffrey Dean Morgan qui est juste présent pour son contrat avec le studio et qui ne fait que cabotiner tout le long.

Dwayne Johnson livre lui aussi une mauvaise prestation, en raison d’un personnage sans consistance. D’autant que le charisme de l’ancien catcheur ne suffit pas à sauver le tout. Il enchaîne ainsi les catch-phrase sans pour autant nous emballer, laissant ainsi la part belle au singe George.

La grosse séquence d’action du film dans la ville est un moment cependant fort réjouissant où l’on voit ainsi un loup volant, un reptile et un gorille s’affronter et manger des civils. Bref, pour un divertissement neuneu, vous êtes au bon endroit.

Rampage est une petite déception. Si l’on s’attendait à un divertissement stupide, on regrette que les personnages ne soient pas suffisamment marquants pour nous emballer. Il reste toutefois des séquences d’action totalement fun. Mais on aurait souhaité que le film assume davantage son statut de nanar.