Comédie, Critiques de films

Critique : Rock’n Roll de Guillaume Canet

Un retour à la réalisation réussi pour Guillaume Canet

Guillaume Canet, 43 ans est épanoui dans sa vie et a tout pour être heureux. Mais lors d’une interview, une journaliste lui apprend qu’il n’est plus assez  »rock ». Il va alors tout faire pour casser cette image d’acteur vieillissant et revenir dans la  »liste » des acteurs qu’on aimerait bien se taper.

Depuis Blood Ties réalisé en 2013, Guillaume Canet se faisait discret à la réalisation, au profit de sa carrière d’acteur qui a été florissante ces deux dernières années, avec pas moins de six films au compteur. Mais il faut croire que la réalisation manquait à Canet, qui revient en ce début d’année, s’essayant à un genre qui lui était jusqu’alors inconnu : la comédie. Avec Rock’n roll, le parti pris du réalisateur est simple : se moquer de lui-même, et ça marche.

En effet, le film atteint aisément son but, Canet nous offrant une comédie légère et hilarante. Sans prétention de réaliser un chef d’œuvre, cette mise en abîme dans la vie d’une célébrité redonne une contenance au genre dont la qualité des films est fluctuante. Rock’n roll est original de par son sujet, puisqu’il tourne en dérision Guillaume Canet principalement mais aussi son entourage. Le sujet pourrait être gros : la crise de la quarantaine est un thème qui peut vite devenir lourd. Mais malgré cela, Canet fait de son film une œuvre surprenante, allant au bout de ses idées et surtout de son délire. Il n’hésite pas à exploiter son thème sans censure, sans réellement se soucier de ce qu’en pensera le spectateur. Le réalisateur a pris plaisir à faire ce film et ça se sent à l’écran.

Il va sans dire que le point fort du film est cette auto dérision dont tous les acteurs ont fait part, accentuant chacun leurs traits de caractère. Ainsi, bien qu’elle ne soit pas une grande actrice et que l’on sente une forme de timidité dans son jeu, Lætitia Halliday représente parfaitement la femme de rockeur que l’on s’imagine. Canet joue donc sur les apparences et les préjugés tout en les cassant. Alors qu’il nous présente le couple Halliday selon l’idée que l’on s’en fait : une famille rock, Canet brise l’image construite par les médias sur sa propre vie. C’est cette cassure qu’il fait entre la vie imaginée et celle réellement vécue qui permet au film de marcher. Surprenant le spectateur, ce dernier est plongé dans une intimité insoupçonnée, cassant le mythe du réalisateur menant une vie folle.

Il va sans dire que le charme de Rock’n roll vient de ces anecdotes réunies par Canet, de ces moments de vie privée livrés sur grand écran mais aussi de la prestation de Marion Cotillard. Hilarante et pleine de légèreté, l’actrice propose une prestation détonante. Son jeu fait contre poids face à la tension qui anime les autres personnages vis-à-vis de l’évolution de Guillaume. Elle permet aussi de garder une part de réel, de concret dans le film, qui exploite et assume l’univers décalé qui est développé. Tout comme les autres personnages, elle n’hésite pas à se moquer d’elle-même et se met en scène, tout aussi burlesque, voire même plus que son mari, elle apporte de la fraîcheur au film.

Outre le côté comique du film qui est son but premier, Rock’n roll lève le voile sur ce que l’on s’image être la vie de star. Canet casse les préjugés et se montre tel qu’il est, même si ces situations peuvent être humiliantes. Il ne s’agit pas seulement d’un film comique, bourré d’humour mais aussi d’une certaine manière d’une confession. Le réalisateur nous invite dans sa vie, dans le quotidien réellement vécu et non imaginé.

Rock’n Roll est un film léger, drôle et cocasse. Allant au bout de son ambition, Canet ose et nous délivre une œuvre faite pour le spectateur. Avec un casting léché, le film atteint son but en se révélant être surprenant et plein d’audace. Drôle et sans prise de tête, il s’agit de la comédie à voir pour se changer les idées !