A l'affiche, Biopic, Critiques de films, Drame, Sorties France

Critique : Stronger de David Gordon Green

Reconstruction à Boston

En ce 15 avril 2013, Jeff Bauman est venu encourager Erin qui court le marathon : il espère bien reconquérir celle qui fut sa petite amie. Il l’attend près de la ligne d’arrivée quand une bombe explose. Il va perdre ses deux jambes dans l’attentat. Il va alors devoir endurer des mois de lutte pour espérer une guérison physique, psychologique et émotionnelle.

Après l’excellent Traque à Boston de Peter Berg, voici que débarque le second film sur l’attentat du marathon de Boston du 15 avril 2013. Réalisé par David Gordon Green, Stronger ne raconte pas la traque des terroristes mais l’histoire vraie de Jeff Bauman, une des victimes de l’attentat. Plus dramatique et plus à la recherche du film à Oscars, Stronger est un drame efficace mais un poil fade.

Stronger possède tous les ingrédients des films américains patriotes à souhait.  David Gordon Green ne prend aucun recul et nous raconte l’histoire de Jeff Bauman qui perd ses deux jambes lors de l’attentat et doit alors se reconstruire alors qu’il est vu comme un héros par tout un peuple. Nous sommes dans le mélo pur et on aurait apprécié un peu plus de finesse de la part du réalisateur mais cela ne nous empêchera pas de pleurer devant.

Comme tout bon téléfilm dramatique, on suit l’avant, le pendant et l’après du personnage principal, histoire de s’attacher encore un peu plus à ce mélo.  Souvent facile, Stronger possède cependant des atouts de taille. Et ses atouts c’est son casting absolument impeccable. Jake Gyllenhaal donne toute sa force et nous livre une immense performance d’acteur avec une sincérité incroyable. Mais la révélation vient bien de Tatiana Maslany qui obtient son premier grand rôle au cinéma après la série Orphan Black. Elle incarne une femme courageuse de belle manière et nous fait ressentir un pleins d’émotions.

Stronger c’est avant tout une histoire difficile et le parcours compliqué d’un homme, meurtri par le terrorisme. Si le film de David Gordon Green n’est pas un classique, il n’en reste pas moins un mélo touchant porté par un casting prodigieux!