Aventure, Cannes 2015, Critiques de films, Epouvante-horreur, Fantastique, Science-fiction

Critique : Tale of Tales de Matteo Garrone

Il était une fois…. Salma Hayek qui mange un coeur !

Affiche de Tale of Tales
Affiche de Tale of Tales

Il était une fois trois royaumes voisins où dans de merveilleux châteaux régnaient rois et reines, princes et princesses : un roi fornicateur et libertin, un autre captivé par un étrange animal, une reine obsédée par son désir d’enfant… Sorciers et fées, monstres redoutables, ogre et vieilles lavandières, saltimbanques et courtisans sont les héros de cette libre interprétation des célèbres contes de Giambattista Basile.

 

Tale of Tales de Matteo Garrone est une adaptation du livre « Le Conte des Contes » de  Giambattista Basile. Un livre dont se sont inspirés des auteurs comme Charles Perrault ainsi que des films adaptés comme Le seigneur des anneaux. Récit Fantastique erotique et violent, Tale Of Tales est absolument fidèle à l’essence du livre

Le réalisateur italien nous livre un film au casting international et décide de nous raconter trois contes différents qui se rejoignent au détour de deux scènes mais qui sont indépendant les uns des autres. Bien évidemment la narration du film est très spéciale. En effet, contrairement aux films à sketchs, le film est découpé de manière alterné et on passe d’un récit à l’autre pendant les deux heures.

Le film s’ouvre sur l’histoire du roi et de la reine Selvascura. Interprété par John C. Reilly et Salma Hayek, cette introduction nous plonge totalement dans l’univers que veut nous montré Garrone. Le point culminant de cette intro étant Salma Hayek qui mange le coeur géant d’un monstre marin pour obtenir un enfant suite à une prophétie. Une scène assez gore, il faut le dire.

Extrait de Tale of Tales
Extrait de Tale of Tales

La seconde histoire est celle du Roi Roccaforte joué par Vincent Cassel, un roi qui couche avec toutes les filles de sa région mais qui va tomber amoureux d’une voix dont il n’a pas vu le visage. Il s’avère qu’il s’agira d’une vielle femme. Si ce conte est plutôt drôle et érotique, il contient une scène assez violente qui pourrait choquer.

La dernière histoire est celle du Roi d’Altomonte, un roi qui possède un comportement d’enfant et qui va s’attacher d’un étrange animal quitte à en oublier sa famille et notamment sa fille. Il s’agit probablement du conte le plus palpitant et celui sur lequel on passera le plus de temps.

Malheureusement et malgré sa beauté incroyable, Tale Of Tales nous ennuie. La narration est difficile à suivre par moment et on a du mal à comprendre pourquoi la première histoire est si vite oubliée. Si on ne rentre pas dans l’univers, le film ne nous atteindra jamais et les deux heures sembleront interminable.

Cependant, le casting et les décors sauvent le film et font de Tale Of Tales une oeuvre originale, bien adaptée et surtout subliment visuellement.