Action, Asiatique, Critiques de films

Critique : The Battleship Island de Ryoo Seung-wan

Ectasy of Gold

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, plusieurs centaines de coréens sont emmenés de force sur l’île d’Hashima par les forces coloniales japonaises. L’île est un camp de travail où les prisonniers sont envoyés à la mine. Un résistant infiltré sur l’île élabore un plan d’évasion géant, afin sauver le plus grand nombre de prisonniers possibles…

Ryoo Seug-wan signe son grand retour. Désormais devenu un gros nom du cinéma coréen après The Agent sorti en 2013 mais surtout Veteran en 2015 qui n’a malheureusement toujours pas été distribué en France (au cinéma comme en VOD) mais dont vous pouvez lire la critique ici. Il revient donc avec un blockbuster épique du nom de The Battleship Island, un film sur la Seconde Guerre Mondiale. Ryoo Seung-wan réalise son grand film et n’ayons pas peur des mots, un véritable chef d’oeuvre de l’histoire du cinéma.

The Battlship Island est une oeuvre somme. En entrant dans la salle, il faut être prêt et attentif. D’entrée de jeu, le réalisateur nous montre une multitude de personnages, tous très différents les uns les autres. Chaque spectateurs peut ainsi s’attacher à celui qui lui ressemble le plus tant chaque personnage est travaillé comme il faut, ce qui est rare au cinéma et notamment dans un film de 2h30. Ici, personne ne passe à la trappe et suit un véritable développement, que ce soit le personnage du père prêt à tout pour protéger sa fille ou encore un gangster ou bien une femme de réconfort. On possède ici toute une galerie de personnage.

Mieux encore The Batleship Island mélange les genres cinématographique. Film d’espionnage, film de prison et bien évidemment film de guerre s’y retrouvent, le tout en conservant les codes propres à chacun sans jamais les bousculer, le tout mis en scène avec brio par son réalisateur. On commence ainsi par une scène d’ouverture en noir et blanc (ainsi que le plan final comme une boucle bouclée sur le début et la fin d’un monde), des explosions de gaz ou alors un combat dans les bains. Des séquences toutes aussi folles et parfaites les unes que les autres.

Bien évidemment, le film ne serait rien sans son climax tonitruant de plus d’une heure. Ryoo Seung-wan s’inspire de Spielberg ou encore de Mel Gibson lors d’une bataille entre coréens et japonais. Le film rentre alors dans une mythologie total qui nous hérisse les poils. On n’a pas peur de dire que ce que nous voyons à l’écran est d’une rare intensité pour un film de divertissement. Commençant par un bombardement aérien en pleine évasion pour continuer en pleine bataille, le réalisateur nous montre le combat humain, la volonté, le courage et la bravoure comme personne avant lui. Le tout avec une maîtrise impressionnante. Rajoutons en prime la plus belle utilisation depuis sa création d’Ectasy of Gold de Morricone et on possède ici une fresque épique et dantesque.

The Battleship Island est un film absolument parfait de bout en bout. Maîtrisé par son réalisateur Ryoo Seung-wan, le film est une véritable tragédie de guerre. L’ultime plan du film vous glacera tel la fin du monde. Ahurissant de beauté pour un grand blockbuster, The Battleship Island est de loin l’un des meilleurs bockbuster de notre époque!