A l'affiche, Critiques de films, Drame, E-cinéma/VOD/Vidéos

Critique : The Book of Henry de Colin Trevorrow

Le mélodrame totalement désastreux de Colin Trevorrow

Un enfant précoce élevé, avec son frère, par leur mère célibataire, échafaude un plan pour aider sa jeune voisine battue par son père.

Après l’immense succès de Jurassic World, c’était avec impatience qu’on attendait le prochain film de Colin Trevorrow. Mais The Book of Henry s’avère être un bide monstrueux, aussi bien public que critique outre-manche. Pire encore, le film ne connaîtra même pas de sortie en salles en France. Comment un film avec un casting impressionnant, composé notamment de Naomi Watts, Lee Pace ou encore les jeunes Jacob Tremblay (Room) et Jaeden Lieberher (Midnight Special, Ça) et mis en scène par celui qui est désormais l’ex réalisateur de Star Wars IX peut-il connaitre un destin pareil? Les récentes rumeurs sur le comportement de Colin Trevorrow sur le tournage du film ainsi que son renvoi par Disney de Star Wars ont probablement joué mais après la vision du film, on comprend tout à fait. The Book of Henry est un film totalement raté!

Ecrit par Gregg Hurwitz, scénariste notamment de certains comics comme Batman pendant deux ans ou encore des séries Marvel comme Punisher ou Wolverine entre autre, The Book of Henry mélange les genres. Beaucoup trop pour avoir un sens. On ne comprend jamais ce que l’on regarde tant le film passe d’un extrême à l’autre en un quart de seconde. Pire encore, plus ça avance, moins on peut croire à cette histoire…

Cela commençait pourtant bien avec une comédie familiale légère sur un enfant surdoué qui prend soin de sa mère et de son petit frère. Le ton est joyeux et on s’attend à vivre une comédie d’aventure pour jeunes de manière assez gentille et agréable. Certes assez convenue mais qui fait du bien au moral. Surtout que cela fonctionne assez bien grâce au charme des comédiens et à une jolie photographie. Mais, malgré tout, quelque chose dérange un peu dans ce premier acte. Celui du thème de la maltraitance d’enfants, un sujet aussi important et sérieux qui est montré de façon bien trop mignonne. On pense notamment à cette scène où Henry tutoie sa directrice et l’appelle par son prénom pour la prévenir. C’est comme si Trevorrow avait, dans son film, quelque chose de sombre qu’il emballe avec un joli papier cadeau.

Mais ce n’est pas tout. Colin Trevorrow continue d’amadouer son spectateur avec des situations rocambolesques. Comment ne pas avoir le sourire en voyant Naomi Watts soigner sa déprime en jouant aux jeux vidéos? Ou encore voir comment un enfant de 11 ans explique à sa mère comment gérer ses finances? Bref, on commence à avoir de la sympathie pour tout ça mais malheureusement, le film décide soudainement de changer de ton pour s’enliser dans les profondeurs du néant.

Un élément inattendu survient subitement en plein milieu du film mais, cet événement, qui non seulement est ridicule, se permet en plus de faire office de manipulation et de chantage affectif envers le spectateur. Tout ce qu’il y a de plus détestable dans le cinéma. Mais cela n’est rien comparé à la dernière partie qui enterre définitivement The Book Of Henry. En effet, le film se transforme en thriller à la 13 reasons why mais en n’ayant aucune crédibilité . Il est tout simplement impossible de croire à cette histoire. On pourrait en rire mais la consternation et le désabusement prennent le dessus.

A une époque où Hollywood fait réécrire en masse les films, fait des reshoot ou encore des projections tests, il est difficile de comprendre comment The Book Of Henry a pu en arriver là sans que quelqu’un n’ose dire le ratage qu’était le film. Ou alors tout le monde voulait voir Colin Trevorrow se vautrer si les rumeurs sur son attitude pendant les tournages sont vraies.

Au niveau du casting, si le jeune Jaeden Lieberher est impeccable, ce n’est pas le cas de Jacob Tremblay. L’enfant si mignon qui avait fait le buzz l’an dernier grâce à sa prestation dans Room, est absolument insupportable et pleure sur commande. Cela se voit et manque d’émotion à l’écran. Naomi Watts quant à elle a l’air de n’en avoir rien à faire sinon elle aurait probablement dit quelque chose sur l’évolution grotesque de son personnage.

The Book Of Henry est un désastre cinématographique total. Colin Trevorrow réalise probablement l’un des films les plus stupides de ces dernières années en possédant un casting de haut niveau et des moyens financiers plus élevés que d’autres pour ce genre de film. Véritable cas d’école, The Book Of Henry est tout ce qu’il ne faut pas faire. Pas étonnant donc de le voir sortir en catimini (en DVD le 7 novembre) chez nous après son bide aux Etats-Unis.