A l'affiche, Action, Critiques de films

Critique : The Foreigner de Martin Campbell

Bond vs Chan

A Londres, un modeste propriétaire de restaurant de Chinatown va tenter de retrouver les terroristes irlandais responsables de la mort de sa fille.

Après un petit passage à vide, Martin Campbell est de retour avec un film d’action dont un des rôles principaux échu à un acteur qu’il connaît bien, Pierce Brosnan. En effet, les deux hommes avaient collaboré sur Goldeneye, The Foreigner marque donc leurs retrouvailles. Et pour faire face à Brosnan, c’est un partenaire de choix qui fut élu puisqu’il s’agit de Jackie Chan. Voir deux acteurs ayant eu des rôles emblématiques se faire face dans un film d’action était prometteur. Pourtant, les distributeurs n’avaient pas l’air d’y croire puisque le film n’a pas été montré à la presse. Pour le voir à temps, il fallait aller le voir lors d’avant-premières. C’est souvent comme ça quand le film est mauvais mais, ici, bien qu’il ne soit pas incroyable, il n’y a pas de quoi être honteux.

The Foreigner, c’est avant tout un conflit entre irlandais et anglais, conflit de longue date déjà. Un attentat vient mettre le feu aux poudres et raviver de vieilles blessures. Dans cet attentat est décédée une jeune fille donc le père, restaurateur à Chinatown à Londres va tout faire pour retrouver les coupables.

Bien entendu, dans ce genre de films, les apparences sont souvent trompeuses. Ce qui est bien dans The Foreigner, c’est que personne n’est totalement noir ou blanc. Tous les acteurs impliqués, que ce soit le gouvernement nord-irlandais, l’agent de liaison anglais, certaines instances de l’IRA et autres ont tous des faiblesses, des tâches qui viennent montrer qu’ils ne sont pas irréprochables. Ces nuances sont bienvenues dans un récit un peu trop classique.

C’était attendu et ça a lieu, Jackie Chan fait une petite démonstration d’arts martiaux, comme quoi, après tant d’années, bien qu’il soit doublé pour plusieurs séquences, il en a encore dans le moteur. Martin Campbell fait encore preuve de savoir-faire. Il faut dire qu’il a l’expérience de ce genre de projets. Le résultat est probant bien que pas exceptionnel mais, certaines séquences sont le témoin de l’expérience aiguisée du réalisateur néo-zélandais.

Les années passent mais, tant Jackie Chan que Pierce Brosnan tient encore la route. Le dernier prend, et cela fait bizarre vu qu’on ne le voit jamais parler ainsi, un accent nord-irlandais qui titille les oreilles. Question de crédibilité. Il incarne le responsable du gouvernement nord-irlandais et montre qu’il a de beaux restent, tant dans son jeu qu’au niveau de scènes plus musclées. Le face à face entre les deux poids lourds fait son petit effet et ce malgré le fait qu’ils n’aient plus vingt ans.

Au final, The Foreigner est un film de vengeance assez classique, avec un contexte politique intéressant et qui est un rappel qui l’est tout autant, avec une mise en scène bien torchée voire, parfois, inspirée et un duo de comédiens principaux qui fait plaisir à voir. Aussitôt vu, aussitôt oublié mais, sur le moment, ça fait le job.