Critiques de films, Drame

Critique : Tout nous sépare de Thierry Klifa

L’esbroufe

Une maison bourgeoise au milieu de nulle part. Une cité à Sète. Une mère et sa fille. Deux amis d’enfance. Une disparition. Un chantage. La confrontation de deux mondes.

Après son passé de critique cinéma, Thierry Klifa est passé depuis quelques années à la réalisation. Pour son nouveau long-métrage, il se paie un casting 5 étoiles composé de Catherine Deneuve, Diane Kruger, Nicolas Duvauchelle et, pour ses débuts sur grand écran, le rappeur Nekfeu.

Le synopsis est assez court et pourtant, il place déjà les différents éléments essentiels à l’intrigue. D’un côté, un homme disparaît et, son comparse retrouve facilement les coupables. A partir de là, ça va être du chantage en permanence. Il garde le secret en échange de grosses sommes d’argent, ce qui tombe plutôt bien car il est fameusement endetté auprès de malfrats locaux. Tous les éléments sont gros, il n’y a jamais de coïncidence. Du coup, c’est difficile de pleinement croire à cette histoire un peu trop rocambolesque, surtout qu’un petit syndrome de Stockholm est présent à un certain niveau.

A trop vouloir en faire, Thierry Klifa oublie un peu la crédibilité de son récit. Il oublie surtout ses personnages. Celui interprété par Nekfeu est probablement celui pour lequel le public aura le plus d’empathie. Il vient d’un milieu difficile, s’est laissé embarquer dans des emmerdes et tente de s’en sortir pour aider sa famille. Louable. Malgré ça, même celui là n’est pas le mieux écrit. Et les autres, c’est pire. Celui incarné par Catherine Deneuve est carrément risible. Elle est une patronne d’entreprise. Son mari décédé, elle a repris la boutique et gère tout cela tant bien que mal. Elle a également sa fille (Diane Kruger) dont la santé n’est pas optimale et dont il faut s’occuper avec attention. A souligner qu’on doit à Deneuve un sacré fou-rire, quand elle débarque avec un fusil de chasse pour chasser des malfrats. Diane Kruger joue une fille fragile mais qui cache une certaine force également, un type de rôle dans lequel on ne l’avait pas vu depuis un petit temps. Quant à Nicolas Duvauchelle, il disparaît rapidement mais retrouve un personnage sanguin, un peu violent, comme bien (trop ?) souvent. Enfin, on retrouve également Sébastien Houbani, vu plus tôt cette année dans le très beau Noces, dans la peau d’un personnage très différent.

Malheureusement, s’il compte quelques qualités, comme la prestation remarquable et remarquée de Nekfeu, Tout nous sépare comporte de trop nombreux défauts pour satisfaire son audience. Il multiplie les erreurs de scénario et d’intentions. Le résultat est sans appel, c’est bien trop décousu et invraisemblable pour convaincre. Dommage car il y avait tout de même quelques idées intéressantes.