Non classé

Critique : Young Adult, de Jason Reitman

Jason Reitman, le réalisateur  des excellents Juno et de In the Air, revient avec une nouvelle comédie dramatique Young Adult, qui marque également le retour de Charlize Theron sur le grand écran.

 

Young adult, de Jason Reitman
Young adult, de Jason Reitman

 

 

Originaire d’une petite ville de province où elle s’ennuyait à mourir, Mavis Gary s’est installée à Minneapolis où elle est devenue auteur de romans pour ados. Mais lorsqu’elle apprend que son ex-petit copain de lycée est devenu papa, elle décide de revenir sur les lieux de son enfance pour le reconquérir. Tandis que Mavis semble sûre d’elle et de son pouvoir de séduction, la situation ne tourne pas à son avantage. Elle noue alors une relation peu banale avec un ancien camarade de lycée, mal dans sa peau, qui, malgré les apparences, lui ressemble plus qu’il n’y paraît…

 

 

 

Tout le long du film, le réalisateur à voulu nous montrer une Charlize Theron en pleine recherche de soi. Mais petit problème: il n’a pas réussi a diriger correctement son actrice, qui évolue en roue libre. Charlize Theron joue une adulte qui est confrontée à des réalités mais qui ne veut pas en prendre conscience. Elle ne veut pas vieillir, elle vit dans son passé. On pourrait dire qu’elle est comme les livres qu’elle écrit : elle est veut rester jeune et d’actualité alors qu’elle est complètement dépassée. Ce rôle n’était pas fait pour elle. Il l’a ridiculisé au lieu de l’encenser.

 

Extrait du film Young adult (2012)
Extrait du film Young adult (2012)

 

On peut continuer dans les critiques négatives de ce film car il y en a. Tout d’abord l’histoire, qui est d’un académisme à mourir puisque la recherche de soi est un sujet qui fonctionne bien et que tous les réalisateurs aiment, qui sent surtout le formol et le déjà-vu. Jason Reitman n’a pas su l’exploiter comme espéré. C’est loin d’être hilarant et pertinent en même temps, le tout renforcé par les dialogues ridicules. Ce n’est pas faute d’avoir essayé. Continuons sur notre lancée: si on parlait de la musique. Dès la première scène la musique nous monte à la tête et on se dit que c’est fini. Le souci est qu’il s’agit du titre potable. Pour preuve, elle doit facilement passer une dizaine de fois dès le début du film, en boucle, sans un seul moment de répit. Comme son thème, Young Adult souffre de longueur et jusqu’à la dernière scène.

 

La seule chose que nous pouvons relever de « correct » dans Young adult c’est la mise en scène. Loin d’être grandiose, mais correct, sobre et attrayante. Jason Reitman, comparé à certains collègues réalisateurs, sait tenir une caméra. C’est tout ce que l’on peut dire de bien sur cette comédie dramatique.

 

L’avis : Young adult, une comédie dramatique désespérante.