Dossiers

Dossier : Halloween, les immanquables de la rédaction !

A l’occasion d’Halloween, la rédaction de Cinephilia vous offre les immanquables à voir en cette journée terrifiante !

 

Ingrid:

Halloween – La nuit des masques (1978) de John Carpenter

Son avis:  Je trouve que la caméra adopte une position parfaite, ses mouvements sont pensés avec minutie. La musique minimaliste rajoute un effet glaçant au film, de même que la mise en scène et le montage. J’ai un petit penchant pour les films d’horreur avec une final girl, la fameuse fille qui survit et grâce à qui le tueur est mis hors d’état de nuire. J’aime également l’idée que le « mal » puisse s’introduire dans une banlieue paisible, là où on ne l’attend pas.

 

Guillaume :

Mister Babadook de Jennifer Kent (2014)

Son avis : Je n’aime pas trop les films d’horreur car je suis une tapette mais j’ai vraiment bien aimé Mister Babadook, une petite perle de 2014 ! J’aime son ambiance, son propos, la relation entre la mère et son fils. C’est un film sur l’adversité que peut rencontrer une mère seule face à la solitude, l’absence du père et la cruauté du monde extérieur.

 

Reda :

Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper ( 1974)

Son avis : Parce que derrière son apparente simplicité, qui peut étonner de prime abord (peu de sang, pas de musique, un aspect général bricolé), c’est un film incroyablement vertigineux. D’une part, en raison de la subtilité de ses suggestions (comment faire figurer les sévices infligés au corps ?), d’autre part car il parvient intelligemment et de manière tout à fait modeste à mêler l’humour à la sidération, sans jamais forcer le trait (cf. la tournure cartoonesque de l’ensemble).

 

Adrien :

L’homme qui voulait savoir de George Sluizer (1988)

Son avis :  Ce long-métrage franco-néerlandais n’est pas ce qu’on pourrait appeler un film d’horreur classique : il ne contient ni de scènes gores, ni d’éclaboussures de sang, ni de jump scares. Pourtant, pas une semaine ne passe sans que je pense à ce terrifiant récit d’une disparition, à sa glaçante évocation de la banalité du mal, et aux terribles implications psychologiques de son dernier acte. La plupart des films d’horreur ont pour ambition d’effrayer le spectateur sur le moment même, mais L’homme qui voulait savoir appartient à la catégorie plus rare des films qui continuent de vous angoisser bien longtemps après les avoir vus.

 

Eleonore :

Evil Dead de Sam Raimi (1981)

Son avis : Parce que qui dit Halloween, dit film d’horreur pas trop prise de tête. Il faut autant peur que rire donc parfait pour une soirée binge watching entre amis. Entre les scènes cultes, le maquillage juste dingue, les personnages carrément cons, la musique etc Bref Grand-guignol à souhait, et on adore

 

Loris :

Suspiriria de Dario Argento (1977)

Son avis : Pas vraiment film d’horreur, pas vraiment film fantastique, Suspiria est une plongée dans un enfer psychédélique ou un cimetière pour danseuses adolescentes. Argento y brasse bon nombre de genres (les deux cités ci-dessus mais aussi le giallo par exemple) pour aboutir à un film toujours dérangeant malgré les couleurs vives et soyeuses de Luciano Tovoli. De cette pluie démoniaque liée à la musique des Goblins dans l’introduction du film jusqu’à ce grand final conférant au film une dimension mythologique proche de la maison hantée, Suspria dissémine une multitude de détails glauques (l’invasion d’insectes, ces ronflements sourds, un masochisme presque érotique) jouant avec les codes du cinéma d’horreur grâce à la mise en scène virtuose d’Argento. Classique unique et immortel.

 

Venn :

Trick’r Treat de  Michael Dougherty (2007)

 

Son avis : Quoi de mieux pour Halloween qu’un film qui se passe durant la nuit d’Halloween. Le film de Michael Dougherty (qui réalisera le prochain Godzilla sobrement intitulé Godzilla: King of the Monsters) est composé de plusieurs petites histoires mélant fantastique et horreur. Vous suivrez les aventures d’enfants, d’étudiantes et d’adultes confrontés à l’esprit d’Halloween. Suspense, rire, peur et meutres, Trick’r Treat saura combler votre soirée d’Halloween

Sophie :

Horribilis de James Gunn (2006)

Son avis : Pop-corn et hémoglobines, mon conseil pour passer un bon Halloween c’est de le vivre avec James Gunn, mais je vous préviens on est loin des Gardiens de la Galaxies et beaucoup plus proche de son premier amour pour l’univers de Trauma ! Tout se passe dans la petite ville (tranquille) de Wheelsy où un soir, Grant et sa maîtresse se font attaquer par une masse gélatineuse. Grant se transforme alors peu à peu en monstre, pour le plus grand danger de sa femme Starla. Drôle et Gore, ultra référencé et en même temps divertissant et accessible, Horribils c’est le film qui va faire hurler vos potes sensibles et réjouir les plus avertis !

 

Ilan :

Casper de Brad Silberling (1995)

Son avis : Halloween et le cinéma ce n’est pas que des films d’horreur. Bien que j’adore les films de genres, j’étais sensiblement obligé de me dirigé vers un film familiale. Casper de 1995 est un film culte. Une comédie qui plaira à toute la famille et vous divertira. Nous sommes dans l’es années 90 et Hollywood est encore capable de nous projeter dans un univers et nous émerveillés. Casper est un film de coeur et c’est ce qu’il y a de mieux encore aujourd’hui.

Thibault : 

Safe neighborhood de Chris Peckover ( 2017)

Son avis : Alors que ses parents partent en soirée, Luke, 13 ans, reste chez lui, gardé par sa babysitter Ashley dont il est éperdument amoureux. Il va tout mettre en œuvre pour qu’elle cède à ses avances mais, son ami Garrett va s’incruster et, les choses vont dégénérer quelque peu. On tient là un grand moment du festival, tant pour l’ambiance lors de la séance que la générosité en comédie et moments de tension. L’histoire fonctionne très bien, est très prenante et réserve son lot de rebondissements. Cependant, comme c’est américain et que le film désire probablement avoir une audience assez large, c’est tout de même trop aseptisé. On aurait aimé voir plus d’hémoglobine. En tout cas, le casting est très sympathique puisqu’on retrouve le jeune Levi Miller, vu dans Pan, qui incarne Luke, Dacre Montgomery, actuellement à l’affiche de Power Rangers (il tient un des rôles principaux, le Power Ranger rouge) mais aussi le duo de The Visit, Olivia DeJonge et Ed Oxenbould dans les rôles d’Ashley et Garrett.

On espère que vous trouverez votre compte pour ce soir avec cette sélection. Joyeux Halloween!