Etrange 2016

Etrange Festival 2016 : Jour 5

Des super-héros italiens, un buddy movie, Escalante accompagné de Gaspar Noé ainsi qu’un hommage à Zulawski

Affiche de l'Etrange Festival 2016
Affiche de l’Etrange Festival 2016

Notre cinquième journée à l’Etrange Festival était pour le moins fabuleuse. A peine arrivés à 14h que nous démarrons avec l’interview du réalisateur de Transfiguration, Michael O’Shea. Nous avons, entre autres, parlé du mythe des vampires et des Etats-Unis. Ses réponses, données avec enthousiasme et le sourire, étaient toujours particulièrement complètes et intéressantes, on a hâte de vous livrer le résultat une fois retranscrit. Manon s’est ensuite diriger vers l’hommage à Zulawski qui diffusait Possession alors qu’Ilan découvrait Jeeg Robots. La journée s’est poursuivie avec War On Everyone, pour excuser son absence, Michael Pena nous a laissé une lettre – et nous confirmons que la France l’accueillera avec plaisir en cas de victoire de Donald Trump. Enfin, la conclusion s’est effectuée avec La Region Salvaje, Gaspar Noé (que l’on a beaucoup croisé ce week-end) est revenu présenter le film mais cette fois accompagné d’Amat Escalante et d’une partie de son équipe.

Voici tous nos avis.

Possession de Andrzej Zulawski

(diffusé dans le cadre de l’hommage au réalisateur, en présence de son directeur de la photo et de son compositeur)

Alors que Mark, son mari, est de retour à Berlin, Anna décide de le quitter. Non pas pour un autre, mais pour autre chose : ossédée par une créature, elle va rapidement sombrer dans la folie…

L’avis de Manon : En découvrant Possession, je réalisais d’avoir pu interviewer son réalisateur pour Cosmos, avant son décès, survenu l’hiver dernier. Zulawski nous livre sa vision du film de possession, avec les thèmes qui semblent lui être cher et une Isabelle Adjani troublante.

Jeeg Robot de Lo Chiamavano

Poursuivi par les forces de l’ordre à Rome, Enzo Ceccotti, un voyou sans envergure, plonge dans le Tibre et est contaminé par des substances radioactives. Le lendemain, il découvre qu’il a développé des pouvoirs surhumains. Ne serait-il pas l’incarnation du superhéros nippon Jeeg Robot, comme le pense la jolie Alessia ?

L’avis d’Ilan : Jeeg Robot est absolument excellent. Un film de super-héro dans un univers sérieux sous fond de mafia en Italie. Un film qui mélange tous les genre et surprend par sa qualité dramatique et qui ne tombe jamais dans le cliché grâce a un véritable souci du réalisme. Ne vous attendez pas a voir de la castagne, des costumes en latex.  C’est un drame italien dont un des personnages possède des pouvoirs mais ça s’arrête là et c’est à ce niveau que le pari du film est plus que réussi.Le cinéma italien nous livre une belle pépite qu’il faut voir absolument. Et la bonne nouvelle c’est que le film sortira en salle

War on Everyone (Au dessus des lois) :

Terry Monroe et Bob Bolaño sont deux flics corrompus qui ont régulièrement recours au chantage, à la violence et aux magouilles pour arriver à leurs fins. Mais un jour, leurs pratiques illégales vont les confronter à un puissant ennemi..

L’avis de Manon : War on everyone est très drôle et il n’est pas difficile de trouver au moins un gag sur lequel sourire. Le film s’amuse avec les à priori racistes, de genre etc pour nous livrer une comédie irrévérencieuse mais jamais méchante puisque consciente de ce qu’elle propose. C’est donc plutôt intelligent et on félicite l’écriture de quelques répliques. Les acteurs excellent en comiques. Néanmoins, tout ne fuse pas comme voulu et on sent encore tout le mécanisme derrière.

L’avis d’Ilan : Gros casting pour ce film déjà présenté à Deauville. On va pas e mentir, ça révolutionne pas le budy movie, l’histoire est très simpliste mais on s’amuse beaucoup et on passe un agréable moment. Alexander Skarsgard est drôle dans ce rôle de flic qui marche comme Quasimodo et Michael Pena fait le taff avec des blagues qui font mouches. On retrouve au casting un Theo James ridicule et pas crédible en méchant ainsi que dans le rôle féminin Tessa Thompson. Sympathique et rigolo.

La Region Salvaje d’Amat Escalante

Extrait de La Region Salvaje
Extrait de La Region Salvaje

Jeune mère au foyer, Alejandra élève ses deux garçons avec son mari Angel. Fabian, son frère, est infirmier dans un hôpital local. Leurs vies provinciales vont être bouleversées par l’arrivée de la mystérieuse Veronica…

L’avis de Manon : Contrairement à beaucoup, j’avais bien aimé Heli, découvert à Cannes 2013… Le temps a passé, je reverrais peut-être ce film d’un autre oeil, aujourd’hui, mais j’étais confiante en entrant dans la salle. Dans un premier temps, le film s’est avéré extrêmement déstabilisateur puis un peu perturbant et encore fort. Représentation du désir humain et la frustration, La Région Sauvage s’empare du hentaï et utilise uniquement le fantastique pour servir son thème, le reste évoluant dans un réalisme minutieux. La mise en scène est aussi fine, par sa sobriété et sa discrétion qu’excellente.

L’avis d’Ilan : Pour retrouvez l’avis d’Ilan, cliquez ici 

N’oubliez pas de suivre nos anecdotes du festival sur Twitter, @cinephiliaredac et instagram, @cinephiliafrbe !