Etrange 2016, Festivals

Etrange Festival : Jour 10

Profiter jusqu’à la dernière minute.

Affiche de l'Etrange Festival 2016
Affiche de l’Etrange Festival 2016

Nous atteignons le dixième jour de l’Etrange Festival et les films à voir se font moins nombreux. Après une interview très enrichissante de Christophe Deroo, réalisateur de Sam Was Here, à retrouver très bientôt sur le site et dans laquelle nous abordons notamment le problème des « films de genre en France », nous enchaînons avec Trash Fire puis The Tenant Downstairs. Trash Fire est une « comédie trash », réalisée par Richard Bates Jr, The Tenant Downstairs est un film taïwanais d’Adam Tsuei, ancien président de Sony Music Entertainment, reconvertit en producteur puis, pour la première fois, réalisateur. Cette journée était décidemment riche en malaise puisque les films vus prenaient un certain plaisir à montrer des situations… Inconventionnelles. On vous dit tout :

Trash Fire

L’histoire d’amour d’Owen et Isabel est pleine de rancoeur et de rage. Malheureusement pour eux, Isabel est enceinte d’Owen. Afin de prouver à Isabel qu’il peut être un bon père, Owen accepte de se réconcilier avec les membres de sa famille. Le couple part alors en voyage à la rencontre de la grand-mère pieuse et perverse d’Owen et de sa soeur Pearl qui a, des années plus tôt, été grievement brûlée dans un incendie…

L’avis de Manon : Trash Fire démarre, comme son nom l’indique, en tant que comédie trash puis bascule vers le drame et enfin l’horreur. Si le mélange des genres est totalement buvable sur papier puisque très bien adapté à l’histoire, il est un peu moins bien géré à l’écran. Le film emprunte parfois des solutions de facilité et opte pour du déjà-vu mais reste néanmoins très divertissant à regarder, avec un contexte de film d’horreur bien agréable et une fin un peu jubilatoire.

L’avis d’Ilan : Trash Fire est une petite surprise du festival . Film centré sur la crise dans un couple et les problèmes d’alcool du personnage principal suite à un drame familiale, le film change de genre dans sa seconde partie pour nous mettre dans un huis clos horrifique et stressant sous fond de religion. Et si vous avez peur des serpents, vous risquez d’être très très mal… On retrouve au casting Adrian Grenier, l’acteur d’Entourage.

The Tenant Downstairs

Un propriétaire est à la recherche de locataires pour un appartement dont il a récemment hérité. Il porte son choix sur un panel de personnes quelque peu désespérées. Mais le propriétaire a installé des caméras dans tous les recoins…

L’avis de Manon : Le réalisateur s’est clairement fait plaisir et n’a pas imposé beaucoup de limites à son film, poussant l’horreur toujours plus loin. La nature humaine est présentée sous son jour le plus sombre et on rit autant devant les gags que pour vite évacuer la gêne puisque certaines scènes sont pour le moins « choquantes » et extrêmement perverses tout en tenant la route. The Tenant Downstairs possède également une bonne maîtrise de la photo avec des cadres toujours efficaces. Enfin, pour le point négatif, si le twist final était de convention et bien annoncé, il s’avère plutôt mal expédié avec une facilité déconcertante.

L’avis d’Ilan : Oh la magnifique claque que ce The Tenants Downstairs. Premier film du réalisateur Adam Tsuei, il réussit a nous mettre très mal à l’aise et à nous montrer la perversité humaine et les vice humains comme jamais. trash, gênant, et violent. On rit jaune souvent et je vous met au défi de ne pas trouver ce film choquant. D’un point de vue cinématographique c’est vraiment très beau et on ne s’ennuie pas . On sent d’ailleurs que le réalisateur est un grand fan de David Fincher et on a pu lui poser la question après la séance. On regrette cependant le twist final décevant et facile mais on ne boude pas son plaisir devant probablement le meilleur film de la compétition.