Etrange 2017, Etrange Festival, Festivals

L’Etrange Festival 2017 : Jour 1

Début du 23ème Etrange Festival.

Cette année encore, l’Etrange Festival réinvestit le Forum des images jusqu’au 17 septembre, pour nous présenter des films bizarres, barrés, intrigants, fantastiques, mystérieux. L’ouverture de cette édition, était assurée par Mayhem, le nouveau film de Joe Lynch, déjà réalisateur de l’excellent Everly

Retour sur une première journée déjà très riche et qui donne le ton pour cette nouvelle édition de notre festival favori ! 

Comme chaque année le festival nous présente un court-métrage en ouverture et cette année, il s’agissait de La Mort : Père et Fils. Un court d’animation français réalisé  par Denis Walgenwitz et Winshluss.

Drame œdipien dans la famille de la Mort. Au lieu de perpétuer la tradition en reprenant l’emploi ancestral, le fils veut devenir ange gardien. Mais rien ne se passe comme prévu…
Figure iconoclaste du monde de l’animation et du dessin, Winshluss retrouve Denis Walgenwitz (avec lequel il avait déjà collaboré pour Persépolis) pour adapter sa bande dessinée Welcome to the Death Club, le tout produit sous la houlette de Je Suis Bien Content (Lastman, Avril et le monde truqué).
Réussissant l’exploit de se passer entièrement de dialogues, le résultat est un joyeux mélange des tons (l’humour est pour le moins corrosif) et des techniques, puisque la 3D est associée au stop-motion. Debout les morts !

Mayhem de Joe Lynch :

Un cabinet d’avocat est mis en quarantaine, ce qui empêche toute sortie des employés… ainsi que des fraîchement licenciés, tel le jeune Derek. Les militaires entourent le bâtiment, tandis que certains collègues semblent pris d’une folie meurtrière…

L’avis d’Ilan : Après Everly, le nouveau film de Joe Lynch était très attendu. Avec un pitch se rapprochant du film The Belko Experiment, les attentes étaient présentes. Malheureusement, Mayhem s’avère être une vulgaire série B totalement décérébré. Alors, certes, on passe un bon moment de détente et de rire devant des situations toutes aussi bêtes et ridicules que les autres mais, voir autant de gens se moquer du résultat est un peu décevant. Entre jeu d’acteur absolument affreux (Samara Weaving, la nièce d’Hugo, notamment) mais aussi une pléthore de faux raccords et des figurants à la ramasse – à qui on a demandé de faire n’importe quoi comme s’énerver contre une poubelle ou se coller des post-it en arrière plan – on sent clairement la volonté d’un foutage de gueule ambulant. Rien d’étonnant tout de même quand le pitch du film veut ressortir l’instinct débile de l’être humain. Niveau gore et action, le film se répète très vite et l’absence d’un casting marquant pour les seconds rôles est dommageable malgré Steven Yeun, qui semble apprécier qu’on lui pète la gueule ces derniers temps. On s’amuse bien devant Mayhem grâce à tous ces éléments de série Z mais pour finir, il s’agit d’un film très dispensable!

L’avis de Sacha : Véritable satire sociale portée par un duo aussi improbable que drôle, le nouveau film de Joe Lynch plonge le spectateur dans un film de contamination ou le jeune avocat Derek récemment licencié décide de prendre sa revanche sur sa hiérarchie. Malgré un budget de série B et une esthétique de série Z, le réalisateur mélange avec brio film d’action, film d’horreur et comédie sociale, le tout incarné par la performance géniale de Steven Yeun !

L’avis de Sophie : C’est un bon film de festival. C’est dynamique, punchy, que ce soit dans les dialogues ou dans le rythme, mais clairement il ne s’agit pas d’un long-métrage marquant. Joe Lynch avait déjà fait parlé de lui dans le petit milieu des festivals de films de genre avec Everly, mettant en scène la magnifique Salma Hayek, et cette fois ci c’est un peu le même schéma qui se répète. Le film est malin, mais tout comme The Belko Experiment, le concept est meilleur que la réalisation, souvent bancale. Le point fort du film est sans aucun doute son cast, et particulièrement Steven Yeun, Glenn dans la série d’horreur The Walking Dead, qui se voit défoncer des bureaucrates plutôt que des zombies, et il faut lui reconnaitre, qu’il fait ça plutôt bien.

Mayhem sera rediffusé le mercredi 13 septembre 2017 à 15H45

Mon Mon Mon Monster de Giddens Ko:

Lin, un jeune lycéen, est régulièrement humilié par Ren-Ho et sa bande. Quand Lin est accusé à tort d’un vol, il se retrouve en retenue avec ses tortionnaires. Peu à peu intronisé par la bande, il va découvrir dans les sous-sols du lycée une créature mystérieuse…

Lors de la dernière édition, nous vous proposions The Tenant Downstairs de Adam Tsuei, sur un scénario de Giddens Ko. C’est cette fois ce dernier qui est derrière la caméra, après You Are the Apple of My Eye (par ailleurs produit par le même Adam Tsuei), qui était déjà une comédie atypique sur l’adolescence. Ici, le fantastique et l’horreur dégagent un étouffant climat de malaise tandis que l’humour savamment dosé est salutaire. Un cocktail réussi !

L’avis d’Ilan : Mon Mon Monster est une première surprise pour le festival. Réalisé par le scénariste de The Tenant Downstairs, qu’on avait beaucoup apprécié l’an dernier, le film traite du harcèlement au lycée en tournant autour du fantastique et de l’apparition de monstres. Dans un premier temps, il est bon de rappeler que les monstres ne sont pas tous forcément des Kaijus et qu’ils peuvent très bien être des humains. Le tout se déroule à la sauce teen movie avec des références à la pop culture, mais aussi sur les conséquences que peuvent avoir les actions des jeunes sur les autres, notamment sur le harcèlement moral et physique. Si cela tourne un peu rond dans la seconde partie, on y passe un agréable moment et la mise en scène est terriblement efficace. Le seul bémol est qu’on aurait aimé voir les monstres du film un peu plus en action plutôt que les lycéens. Mais les monstres ne sont pas forcément ceux que l’ont pense !

L’avis de Sacha: Unique film « Made In Taiwan » de la sélection, le film de Giddens Ko propose un teen movie loin des comédies US auxquelles nous sommes habitués. Le réalisateur dresse ici le portrait d’un groupe de collégiens adeptes du bizutage qui, après la capture et la torture d’un monstre, vont s’attirer les représailles de sa soeur. Antipathique, drôle, gore, réflexion sur la violence et la culpabilité, le film propose un cocktail à la fois complexe et original tout en gardant un véritable potentiel comique, un cinéaste à suivre…

Mon Mon Mon Monster sera rediffusé le dimanche 17 septembre 2017 à 14H45

Voici donc pour le bilan de cette première journée. On se retrouve dès demain pour, on l’espère, encore plus de films déjantés et bizarre!