Etrange 2017, Etrange Festival, Festivals

L’Etrange Festival 2017 : Jour 7

Journée calme

Petite journée à l’Etrange Festival aujourd’hui, un peu un jour de repos pour nos rédacteurs mais on vous parle encore et toujours de certains films!

La lune de Jupiter de Kornél Mundruczó:

Alors qu’il traverse la frontière avec d’autres clandestins, Aryan, un jeune Syrien, se fait tirer dessus. Il entre alors en lévitation et survit, ce qui attire la curiosité d’un médecin désabusé, bien décidé à tirer profit de ce phénomène…

Oubliez les dizaines de films de super héros et autres marvelleries, et venez ressentir la gravitation et l’extase grâce à des séquences inédites sur grand écran. Après avoir lâché une meute de chiens vengeurs dans White Dog, le hongrois Kornél Mundruczó est de retour avec un nouveau film fantastique au sens propre comme au sens figuré, au sous-texte social fort. Un pamphlet détonant et enragé sur l’Europe et ses blessures.

Retrouvez la critique du film en cliquant ici

Attack of the adult babies de Dominic Brunt :

Dans un manoir isolé, des sexagénaires se réunissent le temps d’un séjour pour assouvir leur curieux fantasme régressif : être dorlotés et traités comme des nourrissons par une armada de nurses spécialement entraînées pour l’occasion. Mais voilà que débarquent des cambrioleurs…

Vous vous souvenez peut-être de A Dirty Shame de John Waters et de son personnage de flic qui, la nuit venue, rentre dans la peau d’un “bébé-adulte” ? Le trublion Dominic Brunt, figure télévisuelle connue outre-Manche et déjà auteur de Before Dawn et de Bait, part d’un argument similaire pour cette comédie grand-guignolesque. Une farce généreuse et fun, au mauvais goût pour le moins… culotté !

L’avis de Sacha : Attention, le film WTF de cette édition 2017 est enfin là ! La nouvelle comédie trash de Dominic Brunt nous plonge dans une série B complètement déjantée, truffée de référence au cinéma d’exploitation et aux classiques du cinéma d’horreur dans une maison de retraite anglaise avec infirmières sexy, hommes-cochons, tronçonneuses, Stop-Motion, SFX trash et un humour décalé comme si les studios Troma avaient déménagé dans la campagne anglaise ! Une oeuvre à petit budget mais généreuse, satirique, jouissive et jusqu’au boutiste comme on les aime… Mon coup de coeur du festival !

Cette septième journée a été la découverte de l’oeuvre déjantée du britannique Dominic Brunt : un cinéaste fou à suivre !