On reeeeefait la carrière de

On reeeeefait la carrière de Darren Aronofsky

Avec Noé, péplum sur l’épisode biblique du Déluge et de l’Arche de Noé, le surdoué Darren Aronofsky change de registre. Le réalisateur était en effet un habitué des thriller et fables fantastiques même s’il a fait un détour par Hollywood avec The Wrestler en 2008. Retour sur un parcours sans fautes.

Pi (1998)

Le premier long-métrage de Darren Aronofsky lui permet de remporter le prix de la mise en scène au Festival Sundance en 1998. Mais le réalisateur n’était déjà plus un parfait inconnu à cette époque puisqu’il était resté deux ans à l’American Film Institute suite à son court métrage de fin d’études (il a étudié les techniques de réalisation et d’animation à Harvard) Supermarket Sweep.

Extrait de Pi de Darren Aronofsky

Requiem for a Dream (2000)

Le succès de Pi va l’encourager à se lancer dans l’adaptation du roman Last Exit to Brooklyn d’Hubert Selby Jr. Requiem for a Dream, qui se fait immédiatement remarquer grâce à son thème envoutant composé par Clint Mansell, dépeint la descente aux enfers de plusieurs personnages par la consommation de drogue. Après seulement deux films, Darren Aronofsky figure déjà au rang des réalisateurs cultes.

Jared Leto et Jennifer Connelly dans "Requiem for a Dream"

The Fountain (2006)

Six ans auront été nécessaires pour produire et réaliser cette fable fantastique présentée au Festival de Venise en septembre 2006. La quête d’un homme à travers trois époques différentes pour sauver la femme qu’il aime (incarnée par Rachel Weisz alors fiancée du réalisateur) ne lui rapportera pas le Lion d’Or et ne connaitra pas le succès de Requiem for a Dream. Malgré cette déception Darren Aronofsky se lancera directement dans un autre projet.

Hugh Jackman et Rachel Weisz dans "The Fountain"

The Wrestler (2008)

Son film suivant, tourné à Hollywood, signe le retour de Mickey Rourke à l’écran dans le rôle d’un vieux catcheur qui revient sur le devant de la scène. Il obtiendra cette fois le Lion d’Or à Venise grâce à une mise en scène plus retenue que précédemment. Le film obtiendra aussi un succès public et permettra à Mickey Rourke de gagner le Golden Globe du meilleur acteur en 2009.

Mickey Rourke dans "The Wrestler" de Darren Aronofsky

Black Swan (2011)

Avec ce thriller sur le monde de la danse et des ballets, Darren Aronofsky est à nouveau encensé par les critiques. Natalie Portman y excelle dans le rôle d’une danseuse étoile en proie à des démons intérieurs. C’est la troisième fois que Darren s’intéresse aux souffrances du corps humain après Requiem for a Dream et The Wrestler. Il choisira d’ailleurs de revenir à un style brut et réaliste, caméra à l’épaule et expliquera que « La caméra dans et tourbillonne avec les danseurs. Elle saisit de près leur énergie, la sueur, la douleur et leur talent ». Black Swan sera nommé pour le César du Meilleur film étranger et assurera à Natalie Portman l’Oscar de la meilleure actrice ainsi que le Golden Globe et le BAFTA britannique.

Natalie Portman dans "Black Swan"

Noé (2014)

Son dernier film, Noé, est aussi son premier péplum puisqu’il raconte l’histoire du Déluge et de l’Arche de Noé. Il y retrouve Jennifer Connelly qu’il avait dirigée dans Requiem for a Dream. L’actrice retrouve sur ce film Russel Crowe avec qui elle avait joué dans Un homme d’exception treize ans plus tôt. Noé signe aussi les retrouvailles de Darren avec Clint Mansell, le compositeur de Requiem for a Dream et The Fountain.

Extrait de "Noé" de Darren Aronofsky

Encensé dès le début de sa carrière Darren Aronofsky continuera sur sa belle lancée, même si certains films connaîtront plus de succès que d’autres. Après s’être intéressé de près aux souffrances humaines à travers deux métiers à la fois différents mais proches, le monde de la danse et les lutteurs professionnels, Aronofsky s’essaie au péplum avec Noé son nouveau film.