On reeeeefait la carrière de

On reeeeefait la carrière de : Karin Viard

Pour la deuxième de cette nouvelle rubrique hebdomadaire, c’est la talentueuse, éclectique et charmante Karin Viard que nous accueillons, à l’occasion de son premier rôle dans Parlez-moi de vous. Le but : découper sa carrière en quelques rôles, et voir la progression de l’artiste.

 

Les Randonneurs, de Philippe Harel (1997)

 

 

Début de carrière pour la rouennaise Karin Viard qui, entre Fourbi et La Nouvelle Eve, se lance dans la comédie. Aux côtés de Vincent Elbaz, Benoît Poelvoorde ou encore Géraldine Pailhas, elle incarne une randonneuse de choc, pas tout à fait au bout de ses surprises.

 

Haut les coeurs !, de Solveig Anspach (1999)

 

 

Difficile de citer un rôle-charnière dans la -déjà- prolifique carrière de Karin Viard. Pourtant, ce rôle semble bien celui d’Emma, une jeune femme enceinte qui apprend qu’elle a le cancer du sein et doit désormais se battre pour deux personnes, le futur bébé et elle-même. Un rôle bluffant, qui lui vaut un César de la meilleure actrice.

 

Embrassez qui vous voudrez, de Michel Blanc (2002)

 

 

Karin Viard continue de surprendre en empruntant les chemins classiques dans le mauvais sens. Non sans déplaire, puisque l’actrice est de nouveau césarisée pour un second rôle féminin dans cette comédie de Michel Blanc au casting bien riche (Gaspard Ulliel, Jacques Dutronc, Charlotte Rampling, Lou Doillon, Mélanie Laurent…).

La Tête de Maman, de Carine Tardieu (2007)

 

Karin Viard aligne les seconds rôles, mais brille lorsqu’elle est mise en lumière par la caméra d’un cinéaste qui la place au premier plan. Pour cette comédie dramatique, elle incarne une femme déprimée face à sa fille Lulu (Chloé Coulloud).

Potiche, de François Ozon (2010)

 

 

S’il fallait citer un second rôle récent, Potiche serait bien le meilleur de Karin Viard. En effet, si Catherine Deneuve se tue à combattre pour l’émancipation de la femme dans un film au ton décalé et aux couleurs kitschs, Karin Viard est la secrétaire de Fabrice Luchini, rétro et soumise, véritable feu-follet de l’intrigue.

 

Ma part du gâteau, de Cédric Klapisch (2011)

 

 

Un nouveau premier rôle qui pourrait offrir à l’actrice une nouvelle nomination au César de la meilleure actrice. Face à Gilles Lellouche en trader, elle excelle en femme de ménage d’un jour devant la caméra de Klapisch. Drôle et piquante, naturelle et touchante, tels sont les ingrédients de l’actrice.

 

Parlez-moi de vous, de Pierre Pinaud (2012)

 

 

Désormais régulière dans ses premiers rôles, Karin Viard se retrouve une nouvelle fois en femme bousculée et troublée. Animatrice de radio à l’écoute des problèmes des autres la nuit, bourgeoise coincée le jour, Karin Viard joue le jeu à fond et porte le film sur ses épaules.