Comédie, Critiques de films, Romance

Critique : 40 ans – Mode d'Emploi, de Judd Apatow

Quatrième long-métrage pour Judd Apatow qui signe, malgré les longueurs et un sujet déjà-vu, une délicieuse comédie à hauteur d’homme.

 

Affiche du film 40 ans - Mode d'Emploi, de Judd Apatow
Affiche du film 40 ans – Mode d’Emploi, de Judd Apatow

 

Seul homme à la maison, Pete est marié depuis des années à Debbie avec qui il a eu deux filles, Charlotte et Sadie, âgées de 8 et 13 ans. Pete aura bientôt 40 ans et le bilan est rude : Unfiltered Records, la maison de disques indépendante qu’il a créée, bat de l’aile, son père Larry, qui a récemment, et artificiellement, engendré des triplés, compte éhontément sur son soutien financier pour nourrir cette nouvelle famille, et à la maison, la vie n’est pas non plus un long fleuve tranquille. Le quotidien avec Debbie et les filles est une série de conflits et de complications sans fin. Quant à Debbie, elle a ses propres difficultés professionnelles et filiales. Elle essaie opiniâtrement d’être une épouse et une mère parfaite, mais elle a un mal fou à négocier le virage de la quarantaine. Et pour couronner le tout, leur aînée est en pleine crise de puberté. Pete et Debbie ont atteint l’âge où le pardon, à eux et aux autres, et le lâcher-prise sont des conditions sine qua non pour parvenir à profiter du reste de leur vie… en évitant d’en passer par le meurtre.

 

 

Il y a sept ans, le producteur, réalisateur et scénariste Judd Apatow dirigeait enfin son premier long-métrage, 40 ans toujours puceau, sorte de portrait cathartique d’un homme quarantenaire qui continue de vivre dans un idéal adolescent. Son humour piquant, sa vision de la réalité l’ont très vite étiqueté réalisateur nombriliste, opportuniste et un poil miso. Sept ans plus tard, la maturité en plus, Judd Apatow (45 ans) vient prouver à ses détracteurs qu’ils avaient tort. Tort de le sous-estimer, tort de ne pas croire en son style comique, tort d’avoir pensé une seconde que ce mec ne serait pas capable de proposer une idée neuve sur un concept vieux, pourvu que cela fonctionne. Avec 40 ans : mode d’emploi – qui est en fait une suite indirecte d’En cloque : mode d’emploi puisque les personnages de Pete et Debbie sont de retour avec leur deux filles – Judd Apatow inverse les rôles. L’homme est remplacé par la femme, qui ici, plutôt que de vivre une crise de la quarantaine peinte et repeinte dans le paysage de la comédie américaine, doute de son âge, de ses sentiments, de sa capacité à tenir un couple, de son charme, de ses talents de mère… Derrière cette comédie se cache une véritable immersion dans une famille lambda et toutes les complications qu’un quotidien peut engendrer.

 

Extrait du film 40 ans - Mode d'Emploi (2013)
Extrait du film 40 ans – Mode d’Emploi (2013)

 

Lui, Pete (Paul Rudd), est un homme gourmand, sûr de lui, bon vivant, mais il craint pour son avenir car l’industrie musicale va mal et que son label peine à suivre la cadence. Ses inquiétudes rejoignent sensiblement celle de sa femme, Debbie (la charmante Leslie Mann, femme de Judd Apatow à la ville). Ensemble, ils ont eu deux filles Charlotte et Sadie (Iris et Maude Apatow, les filles du couple), qui ont grandi depuis cinq ans et les derniers errements de la comédie mettant en vedette Katherine Heigl malencontreusement enceinte d’un loubard trentenaire (Seth Rogen) qui n’arrivait pas à prendre son envol. Sadie a désormais 13 ans, elle est entrée de plein pied dans l’adolescence et commence à en faire voir de toutes les couleurs à ses parents, pré-puberté oblige. Elle est addict à Lost (se moquer du très hype J. J. Abrams est un running-gag chez Apatow), mais également aux nouvelles technologies, réseaux sociaux, et commencent à regarder vers les garçons. La petite, Charlotte, est une chipie en puissance, une petite bombe d’humour qui donne également du fil à retordre. Là-dessus, il y a la scolarité à gérer, le comportement des enfants (sur lequel déteint les embrouilles et inquiétudes des parents).

 

Extrait du film 40 ans - Mode d'Emploi (2013)
Extrait du film 40 ans – Mode d’Emploi (2013)

 

Loin d’être une comédie déjantée, 40 ans : Mode d’Emploi est un bon moment – un tantinet long, comme d’habitude – plein d’humour, de réalisme, de sarcasme, le tout emporté par une lecture du quotidien captivante et des personnages tout aussi attachants les uns que les autres (jusqu’à Melissa McCarthy qui en deux scènes arrivent à déclencher un fou rire mémorable). Si bien que 40 ans : Mode d’Emploi apparaît comme facile, tant Judd Apatow laisse exister l’idée qu’il pompe à droite et à gauche des influences (de Woody Allen aux frères Farrelly). Pour autant, le style Apatow se résume à un parfait dosage entre bavardages réguliers et quelques scènes à l’humour décomplexé. Jamais Judd Apatow, dans l’écriture comme la mise en scène, ne cherche à s’éloigner des sentiers battus pour verser dans la comédie racoleuse, faussement drôle parce que trop écrite. Le secret de 40 ans : Mode d’Emploi repose sur une alchimie, une volonté de réalisme et des liens bien solides, le tout symbolisé par ce choix de reprendre quasi constamment les mêmes acteurs, qui finissent pas devenir une véritable famille à nos yeux. Le couple Leslie Mann / Paul Rudd fonctionne à merveille, la synergie avec leurs filles, naturelles au possible, charme en tout point. Si bien que le film semble habité par une forme de fluidité et d’évidence que les comédies US, romantiques comme dramatiques, n’effleurent que du bout des doigts. Même Megan Fox, à priori potiche bonne à montrer sa poitrine généreuse, trouve un rôle suffisamment intéressant pour cautionner sa présence au générique. Dans la continuité de ses précédents films, Judd Apatow montre cet attachement à ne pas reléguer les rôles secondaires à de simples « rôles secondaires ». Le meilleur pote de Pete, la vendeuse aguicheuse, la mère de famille grande gueule… tout y passe et sert justement à éclairer le couple central et servir à son évolution.

 

Extrait du film 40 ans - Mode d'Emploi (2013)
Extrait du film 40 ans – Mode d’Emploi (2013)

 

L’avis : Malgré la longueur et la récurrence d’un sujet devenu trop banalisé, Judd Apatow signe une comédie attachante avec 40 ans : Mode d’Emploi, dans la droite lignée de son cinéma à hauteur d’homme. C’est piquant, acerbe et réaliste à la fois, si bien que le long-métrage ne souffre pas de ses insistantes longueurs. L’efficacité d’une telle entreprise repose de toute évidence sur un talent d’écriture et une véritable alchimie chez les acteurs.