Comédie, Critiques de films

Critique : 9 Mois Ferme, d’Albert Dupontel

LA comédie française de l’année ?

 

Affiche de 9 Mois Ferme d'Albert Dupontel (2013)
Affiche de 9 Mois Ferme d’Albert Dupontel (2013)

 

Tout le monde connaît Albert Dupontel : Bernie, Enfermés Dehors,… L’homme a un univers particulier, un humour relativement unique dans le paysage du cinéma français et c’est ce qui fait de lui un réalisateur attendu à chaque nouveau projet. Quand il ne tourne pas pour ses potes Kervern et Delépine qui, ont un humour assez proche du sien, Dupontel réalise. Et des projets tordus, il en a. Cette fois-ci il raconte l’histoire d’une préfète au barreau de Paris qui tombe enceinte mais s’en rend compte après déjà 3 mois de grossesse. Qui est le père ? Pas de bol, c’est le criminel en vue du moment, un homme qui aurait mangé les yeux d’un vieux après avoir été surpris pendant un cambriolage. Comment est-ce possible ?

 

Au casting on retrouve Sandrine Kiberlain dans le rôle de la magistrate et Albert Dupontel dans celui du criminel en question. On a déjà pu voir Sandrine Kiberlain dans des comédies comme Les Gamins mais ici elle montre toute l’étendue de son talent dans ce genre. Le réalisateur est aussi son partenaire puisque Dupontel joue dans tous ses films. Le duo peut sembler bizarre mais, étonnement, il fonctionne extrêmement bien. Kiberlain allie entre sérieux et pétages de plombs fulgurants de manière très habile et surtout très drôle. A côté, Dupontel, joue ce criminel un peu (beaucoup) benêt qui n’est pas non plus celui qu’il paraît. Autour deux, il y a une flopée de seconds rôles plus truculents les uns que les autres. On retrouve en tête Nicolas Marié qui joue le rôle de l’avocat bègue de Dupontel. N’oublions pas non plus les quelques caméos habituels (Bouli Lanners, Yolande Moreau, Terry Gilliam) et un caméo surprise très efficace et hilarant.

 

Extrait de 9 Mois Ferme d'Albert Dupontel (2013)
Extrait de 9 Mois Ferme d’Albert Dupontel (2013)

Au niveau de la mise en scène c’est assez classique. Dupontel n’est pas dans la performance ou l’expérimentation mais on trouve toutefois quelques effets bien sentis. Au niveau du montage aussi, c’est du bon boulot. Le tout est bien rythmé, très efficace et plaira à tous.

 

Si La Vie d’Adèle est incontestablement le film (français) de l’année, 9 Mois Ferme pourrait bien s’imposer comme la comédie française de l’année. Peu de productions de ces dernières années arrivent à la hauteur de celle-ci. Avec les nombreuses indignations et réactions qu’a engendré l’affaire Maraval, espérons que les producteurs en auront pris de la graine et oserons produire plus souvent des projets ambitieux et décalés comme celui-ci.