Comédie, Critiques de films

Critique : Je Fais Le Mort, de Jean-Paul Salomé

Jean-Paul Salomé signe une comédie absurde plutôt réussie.

 

Affiche de Je Fais Le Mort de Jean-Paul Salomé (2013)
Affiche de Je Fais Le Mort de Jean-Paul Salomé (2013)

 

Jean-Paul Salomé c’est le réalisateur de Belphégor, Les Femmes de l’Ombre, Arsène Lupin et Le Caméléon. Tous ces films ont de très beaux castings et Je Fais Le Mort n’échappe pas à la règle. Pendant toute sa carrière, Salomé (devenu depuis janvier 2013 président d’uniFrance) a eu une relation difficile avec la critique. Celle-ci ne sera d’ailleurs probablement pas une grande fan de son nouveau film mais qu’importe, Salomé fait les films qu’il aime.

 

Je Fais Le Mort raconte l’histoire de Jean, comédien un peu raté, perfectionniste, casse-couille au possible. Après une nouvelle engueulade avec une réalisatrice sur une série policière, il se retrouve à devoir aller pointer à l’ANPE dans la recherche de trouver le bon filon. Parce que oui, faire des pubs pour des problèmes intestinaux, c’est pas ce qu’il y a de mieux. Sa conseillère lui propose donc un job particulier, faire le mort lors de reconstitutions policières. Le voilà donc parti à la montagne pour une reconstitution dont il se souviendra, les personnes qu’il croisera, le policier du coin (Lucien Jean-Baptiste), la juge d’instruction (Géraldine Nakache) étant quand même assez particuliers eux aussi.

 

Extrait de Je Fais Le Mort de Jean-Paul Salomé (2013)
Extrait de Je Fais Le Mort de Jean-Paul Salomé (2013)

L’histoire, plutôt originale, tient bon de bout en bout. L’intrigue policière, bien que rocambolesque, est assez crédible et promet quelques rebondissements efficaces. Il y a bien sur quelques facilités scénaristiques mais globalement, l’ensemble tient la route. Cette histoire va mettre en exergue l’absurdité que certaines situations peuvent avoir, la reconstitution et les méthodes de Jean le prouvent. Si la mise en scène n’a rien de particulier, elle permet, avec le montage, de tenir ce suspense autour de l’enquête policière.

 

Cependant, la force du film réside dans son casting, François Damiens en tête. Jean-Paul Salomé a fait appel à 3 comédiens en ode de sainteté auprès du public en ce qui concerne la comédie. En effet, tous 3 ont connu divers succès (Une Pure Affaire, Dikkenek pour Damiens ; Tout ce qui brille, Marsupilami pour Nakache et La Première Etoile pour Jean-Baptise) au cinéma ce qui les rend d’une certaine manière « bankables ». Ce qui est certain, c’est que ce sont 3 comédiens qui ont du talent et qui le démontrent encore ici, particulièrement Damiens. Son personnage est le personnage principal de l’histoire. Il apporte une touche encore plus absurde mais en même temps plutôt réaliste qui rend le tout très drôle. Mais, comme je le disais, il n’est pas seul. Géraldine Nakache et Lucien Jean-Baptiste font leur part du boulot également et, on peut le dire, ils le font bien.

 

Alors bien que le film soit parfois un peu facile, loin d’être parfait ou exceptionnel, il reste quand même un bon divertissement qui fait plaisir à voir et qui fera rire dans les chaumières.