Coup de coeur, Critiques de films, Drame, Festivals

Critique: La Vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche

La Palme d’or 2013 est plus que justifiée tant son duo d’actrice crève l’écran.

 

Affiche de La Vie d'Adèle d'Abdelatif Kéchiche (2013)
Affiche de La Vie d’Adèle d’Abdelatif Kéchiche (2013)

 

Tout le monde en a entendu parler. Sans doute de trop et ce à cause des diverses polémiques qui ont égratiné la promotion du film et ce, dès la remise de la Palme d’Or par Steven Spielberg. Depuis, les actrices et le réalisateurs se sont échangés plusieurs piques par médias interposés. Bref, alors même que le film n’est pas encore sorti, le battage médiatique autour de lui en en marche depuis longtemps et n’est sans doute pas près de s’arrêter, les commentaires pos-festival de Cannes et autres sont tous excellents. La Vie d’Adèle était proposé en ouverture du 28ème FIFF de Namur et c’est là que nous l’avons découvert.

 

Le film raconte l’histoire d’Adèle, adolescente en terminale qui se cherche. Comme bon nombre de jeunes de son âge, elle ne sait pas encore tout à fait ce qu’elle veut ou ce qu’elle est. Et un des points essentiels est bien entendu la sexualité. Après avoir essayé les garçons, elle se tourne un peu par hasard vers les filles. L’expérience se révèle concluante à ses yeux. Et même bien plus que ça, c’est une réelle révélation.

 

On pourrait penser que le film est un soutien voulu à la cause pro-gay mais, contrairement à ce que l’on pourrait croire, pas du tout. Le film est simplement une ode à l’amour. Le caractère cru du sujet et du film pourrait en choquer plus d’un et surtout le troisème âge. Mais, comme a témoigné une journaliste de cette tranche d’âge lors de la conférence de presse d’après film, pas du tout. Le film met tout simplement l’amour en valeur. Que ce soit l’amour hétéro comme homo, c’est l’amour qui prime. Et comme pour les hétéros, les homos ont les même peines, mêmes envies, même épreuves à traverser. Même si pour beaucoup cela peut paraître évident de nos jours, ce n’est pas le cas comme peuvent le témoigner les diverses polémiques qui ont eu lieu suite à la loi pour le mariage gay en France et également la sortie du film.

 

Extrait de La vie d'Adèle d'Abdelatif Kéchiche (2013)
Extrait de La vie d’Adèle d’Abdelatif Kéchiche (2013)

 

Adèle (Adèle Exarchopoulos) et Emma (Léa Seydoux) s’aiment. Tout simplement. Au milieu du film, Abdellatif Kechiche nous montre cet amour dans sa quintessense. Les corps se mêlent. Les poils se hérissent. Les filles frémissent. Le spectateur est plongé dans cette danse des âmes et des corps. C’est cru. Très cru. Abdellatif Kechiche filme au plus près. Cela pourrait faire voyeur mais on sent vraiment que les intentions du cinéastes sont bonnes. Il veut nous montrer cet amour pur de la plus belle manière.

 

La mise en scène d’Abdellatif Kechiche est un peu unique en son genre. Il laisse sa caméra tourner au maximum laissant ainsi à ses acteurs un champ d’action énorme. Tout est maitrisé, précis et cela se ressent tout du long. Mais rien de tout cela ne ferait de La Vie d’Adèle un si beau film si il n’y avait pas le duo d’actrices principales.

 

Car bien entendu, l’atout choc de ce film ce sont Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux. Malgré le fait qu’il y ait eu un différent entre le réalisateur et elles, le résultat à l’écran est superbe. Leur couple est crédible, leur bonheur est crédible, leur malheur est crédible. Mention spéciale à Adèle Exarchopoulos qui est d’une justesse rare. Parfois, on a l’impression que le naturel prend le dessus sur le jeu et c’est vraiment bluffant.

 

Extrait de La Vie d'Adèle d'Abdelatif Kéchiche (2013)
Extrait de La Vie d’Adèle d’Abdelatif Kéchiche (2013)

 

Bien que le film dure près de 3h, ça passe comme une lettre à la poste. On ne voit absolument pas le temps passer. Le film est vraiment prenant de bout en bout. Il n’est pas rare de s’ennuyer pendant un film de 1h40. Pendant les films plus longs aussi. Et pourtant, malgré sa durée assez longue, La Vie d’Adèle parvient à captiver le spectateur jusqu’au bout. La performance est remarquable c’est incontestable.

 

Pour conclure, qu’on soit gay ou hétéro, jeune ou vieux, La Vie d’Adèle touchera tout le monde. Ce film est d’une puissance rare et s’il convaincra les cinéphiles, il devrait faire de même avec les autres également. Si certains doutaient encore d’un certain cinéma français, Abdellatif Kechiche devrait les rassurer.