Coup de coeur, Critiques de films, Deauville 2013, Drame, Romance

Critique : Les Amants du Texas, de David Lowery

David Lowery signe son premier long métrage avec Les Amants du Texas, une belle tragédie romantique et noire mise en scène par un talent de demain.

 

Affiche du film Les Amants du Texas
Affiche du film Les Amants du Texas

 

 

Bob et Ruth s’aiment, envers et contre tout. Et surtout contre la loi. Un jour, un braquage tourne mal et les deux amants sont pris dans une fusillade. Quand Bob est emmené par la police, Ruth a tout juste le temps de lui annoncer qu’elle est enceinte. Dès lors, Bob n’aura qu’une obsession : s’échapper de prison pour rejoindre sa femme et son enfant. Mais quand il y parvient, quatre ans plus tard, le rêve correspond mal à la réalité. En fuite, poursuivi par la police et par les membres d’un gang, Bob peine à rétablir le lien avec sa famille. Ruth est devenue mère et elle ne veut pas d’une vie de cavale : courtisée par un policier attentionné, la jeune femme devra choisir entre le passé et l’avenir.

 

 

Il y a bien plus que duTerrence Malick dans David Lowery. Le raccourci est simple, visible à l’œil nu tant il est criard dans Les Amants du Texas. Pourtant, ce film a autant à voir avec La Balade Sauvage que L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford où jouait justement Casey Affleck, notre acteur principal. David Lowery, non content d’avoir contribué à l’expérience visuelle de Deauville 2013 (Upstream Color) en tant que chef monteur, va marquer cette année par un long métrage à la fois simpliste et très singulier au fond.

 

Extrait du film Les Amants du Texas (2013)
Extrait du film Les Amants du Texas (2013)

 

Les Amants du Texas, c’est une histoire d’amour comme le cinéma en a sublimé des milliers, avec la force des mots et une poésie de l’image. Pas besoin de dialogues enflammés pour parler sentiments, la violence, le sang, les grands espaces, le regard et la dureté d’un monde sont tout autant d’outils bien plus serviables et efficaces. Face à la caméra, Rooney Mara et Casey Affleck ne tardent pas à estomper les doutes, incarnant avec force un couple fédérateur, sorte de Bonnie & Clyde mineurs mais tout aussi passionnés. Il y a une belle histoire, celle d’une femme qui tue par inadvertance, et d’un homme éperdument amoureux s’accusant pour la sauver, l’assurant qu’il la retrouverait très vite. Il croit payer le prix de ses errances, mais croupira en prison alors que sa femme vint à être enceinte. La goutte d’eau. Son cœur bat désormais pour deux, et c’est ici que la simplicité de cette histoire se complexifie, parce que derrière les faits, il y a autant d’enjeux (comme une double relation père-enfant), un questionnement sur la culpabilité, la justice, mais aussi la liberté, car ces deux-là en sont épris.  Les Amants du Texas touche en plein cœur, émeut, interpelle, voire même choque, lorsque la violence se montre aussi forte que l’amour entre deux personnes que la nature, ou plutôt le destin, n’a pas gâté. Il faudra se montrer patient avant d’y entrer totalement au bout d’une vingtaine de minutes, puis l’aimant fera son effet…

 

 

L’avis : David Lowery livre une superbe tragédie romantique. On en connaît l’issue, mais sa mise en scène pointilleuse et le couple magnétique qu’il sublime sont autant d’arguments qui permettent d’apprécier le film à sa juste valeur.