Comédie, Critiques de films, Drame, Uncategorized

Critique Les yeux jaunes des crocodiles de Cécile Telerman

L’adaptation du roman à succès de Katherine Pancol déçoit. Même si l’esprit du livre est là, l’histoire peine à décoller et souffre de nombreuses lourdeurs. Le film en devient drôle sans le vouloir.

Affiche de « Les yeux jaunes des crocodiles » de Cécile Telerman
Affiche de « Les yeux jaunes des crocodiles » de Cécile Telerman

Joséphine et Iris sont deux soeurs que tout oppose. Alors que la première est historienne spécialisée dans le XIIème siècle, peu sûre d’elle et discrète, la deuxième est extravertie et mène une existence futile entre instituts de beauté et shopping. Mais leurs vies vont changer après un diner au cours duquel Iris annonce qu’elle est en pleine écriture d’un roman. Prise au dépourvu, elle lâche la première idée qui lui passe par la tête : l’histoire d’une femme marchande au XIIème siècle. Elle va alors faire appel à sa soeur, couverte des dettes de de son mari, pour écrire le roman à sa place et toucher l’argent.

 

« Les yeux jaunes des crocodiles » de Cécile Telerman est une adaptation d’un bestseller de Katherine Pancol plutôt inégale. Les aventures de la gentille Joséphine, agréables à lire, le sont moins à regarder. La volonté de coller le plus possible au livre enferme l’histoire dans un enchevêtrement de situations improbables et peu crédibles. Certaines scènes en deviennent même carrément risibles comme ces dialogues avec les crocodiles ou ces moments d’« émotion » mal filmés. Cela n’empêche pas des parties réussies grâce à des seconds rôles plus inspirés. La vieille mère acariâtre sort quelques piques assez drôles et Hortense, la fille ainée de Joséphine est détestable à souhait. Julie Depardieu réussi à incarner le côté maladroit et distrait de Joséphine mais le choix d’Emmanuelle Béart pour incarner Iris laisse plus sceptique. L’actrice en fait trop, oubliant les aspects plus touchants d’Iris.

Extrait de « Les yeux jaunes des crocodiles » de Cécile Telerman
Extrait de « Les yeux jaunes des crocodiles » de Cécile Telerman

La mise en scène ne sert pas l’histoire, c’est plat. On se contente souvent de champ/contre-champ et ce, dès le début. Il n’y a donc pas d’inventivité, le scénario se contentant de reproduire, parfois mot à mot, des passages du roman. « Les yeux jaunes des crocodiles » aurait peut-être gagné en profondeur en occultant certains passages pour en faire une adaptation plus libre et moins stéréotypée. Les fans du roman passeront cependant un bon moment et retrouveront l’esprit divertissant du livre malgré les nombreuses erreurs de réalisation.

« Les yeux jaunes des crocodiles » alterne passages agréables et moments plus creux mais plaira aux amateurs du genre. Sans être trop exigeant, et en laissant de côté la mauvaise mise en scène, on peut s’amuser des péripéties de Joséphine et de ses proches. Les fans du roman seront peut-être déçus du choix des acteurs, pas toujours judicieux…