Comédie, Critiques de films

Critique : L’Irlandais, de John Michael McDonagh

Direction l’Irlande et sa côte occidentale pour le premier de John Michael McDonagh, qui signe un polar-western sauce verte. Amusant pour ceux qui connaissent l’Irlande sur le bout des doigts.

 

L'Irlandais, de John Michael McDonagh
L'Irlandais, de John Michael McDonagh

 

Boyle est un flic irlandais, flegmatique et solitaire, amateur de Guinness, de poésie et de prostituées à ses heures perdues. En poste dans un petit village de la côte irlandaise où il ne se passe jamais rien, il passe ses journées à faire respecter la loi… au pub local. Malheureusement pour lui, des trafiquants de drogue ont jeté leur dévolu sur cette région endormie comme base de leurs opérations… Le petit village irlandais va bientôt se retrouver au cœur d’une importante opération anti-drogue menée par le FBI ! Les mauvaises nouvelles n’arrivant jamais seules, Boyle doit se coltiner l’agent Everett, un super agent du FBI déterminé et maniaque dépêché sur place… Certes, les procédures de l’élite du FBI diffèrent de celles du flic bedonnant, peu zélé et « politiquement incorrect »… Mais après tout, la méthode « locale » pourrait bien fournir des résultats inattendus !

 

 

L’humour régionaliste connait un succès détonnant depuis plusieurs années. En France, Bienvenue chez les Ch’tis a cartonné, en Angleterre, The Inbetweeners a trusté la première place pendant plus d’un an. Pour qu’une comédie fonctionne au box-office, il faut aussi que celle-ci parle au public, qu’il s’y sente chez lui, et qu’il puisse s’y identifier. Quoi de mieux que de vanner et d’exploiter la mine d’or d’humour que représente nos régions ou arrière-pays. C’est aussi le point de vue du premier film de John Michael McDonagh (frère de Martin McDonagh, réalisateur de Bons baisers de Bruges). Il s’amuse avec la culture locale, enchaîne les blagues sur les Gallois ou Anglais, et pousse même jusqu’aux différences entre l’urbain de la grande ville, et le bon irlandais de la côte. Brendan Gleeson excelle dans le rôle du flic bougon et alcoolo, qui connait le coin comme la veste de sa poche, mais qui voit cette tranquillité troublée par l’arrivée d’un agent du FBI (joué par Don Cheadle, qui encaisse toutes les blagues potaches sur les noirs et les Américains) qui vient déjouer un trafic de drogue internationale. En prime de n’être pas franchement hilarant, L’Irlandais nous emmène dans ses lourdeurs, rend ses blagues difficilement compréhensibles si on n’est pas un familier de la vanne irlandaise, et s’avère et convenu au final. Au départ, nous avions un réalisateur qui avait la volonté de faire un film mêlant l’esprit du polar avec du western à la John Ford, le tout à la sauce irlandaise. Au final, nous avons une comédie moyennement sympathique, qui relèverait de l’anecdotique si Larry Smith (Eyes Wide Shut, Bronson) et sa photographie ne venaient embellir un peu l’objet à l’écran.

 

L’avis : Difficile de rire et de se passionner devant une comédie irlandaise qui enchaîne les blagues potaches régionalistes, avec de l’humour noir. Difficile de se prendre également pour une histoire qui n’a rien proposé d’original. Un trèfle de plomb cette comédie finalement.