Action, Comédie, Critiques de films

Critique : Malavita de Luc Besson

Avec cette comédie de gangsters ratée, Luc Besson s’enfonce dans la médiocrité.

 

Affiche de Malavita de Luc Besson (2013)
Affiche de Malavita de Luc Besson (2013)

 

Malavita c’est un casting de dingues : Michelle Pfeiffer, Robert De Niro, Tommy Lee Jones ; un réalisateur qui a déjà réalisé quelques perles (Le Grand Bleu, Léon), un producteur (Martin Scorsese) qui a réalisé une flopée d’excellents films de gangsters et un genre qui a fait ses preuves depuis des années avec, notamment, Robert « Bob » De Niro ici présent. Alors forcément, quand on entend parler du projet, on a envie de le voir aboutir et surtout on a envie d’un truc bien pêchu qui nous refera vivre des sensations connues avec des films comme Les Affranchis, Casino, Les Incorruptibles,… Malheureusement, ce n’est pas le cas. On est même loin de la moitié de l’effet espéré.

 

Le postulat de départ est simple. Un américain d’origine italienne a balancé sa famille aux autorités américaines. La famille en question n’est bien sur pas n’importe qui et, même en prison, elle a de l’influence. La famille de la balance doit donc aller à l’étranger pour se cacher. Arrive le moment où ils débarquent en Normandie. Oui oui, la Normandie. Moins c’est glamour, plus c’est cliché, plus ça fonctionne pour le public américain. En plus la Normandie ça permet de parler de la guerre. Si Besson avait voulu faire plus pompeux, ça aurait été difficile. Bref, arrivés en Normandie, ils doivent se faire passer pour une famille normale. Pas évident quand on est une famille de truand. Mais peu importe, on reste ce qu’on est. Du coup, explosion de superette, racket à l’école et autres vont y passer.

 

Extrait de Malavita de Luc Besson (2013)
Extrait de Malavita de Luc Besson (2013)

 

Tout cela pourrait fonctionner parce que les situations ont un potentiel comique fort mais le problème c’est que la sauce ne prend jamais. La mise en scène de Besson est très classique. Il n’y a pas d’ambition de réalisation particulière. Pas d’ambition du tout en fait. Les poncifs s’accumulent au niveau scénaristique, les acteurs sont loin d’être à leur meilleur niveau,… Au delà du fait d’être mauvais, le film est surtout très nul. Alors certes c’est pas déplaisant à certains moments mais, pendant la majeure partie du film, on ne prend aucun plaisir.

 

Quand Besson avait annoncé vouloir arrêter sa carrière après son dixième film et quand on voit ce Malavita, on se dit qu’il aurait sans doute mieux fait.  Cela ressemble plus à un téléfilm commandé par TF1 qu’à une réelle production cinématographique avec des ambitions quelconques.