Critiques de films, Drame, Romance

Critique Pas son genre de Lucas Belvaux

« Pas son genre » analyse un fait de société banal, la rencontre de deux milieux opposés, pour en faire un film subtil et sensible. Emilie Dequenne rayonne en coiffeuse joyeuse et amatrice de karaoké, consciente des obstacles qui existent entre elle et l’homme qu’elle aime.

Affiche de Pas son genre de Lucas Belvaux
Affiche de Pas son genre de Lucas Belvaux

Clément, jeune professeur de philosophie parisien est affecté à Arras pour un an. L’adaptation est difficile pour cet amoureux de l’animation de la ville Lumière, jusqu’à ce qu’il rencontre Jennifer, coiffeuse fan de karaoké. Ils appartiennent à deux mondes opposés, Clément lit Proust ou Kant alors que Jennifer sait tout de la vie de Jennifer Aniston et se lanceront dans une relation amoureuse malgré les différences. Mais pour combien de temps?

 

L’étude de moeurs de Lucas Belvaux vaut la peine d’être vue. Le propos est pertinent, nuancé et ne tombe pas dans le mélodrame sirupeux. La confrontation d’un acteur de théâtre – Loïc Corbery et d’une actrice de cinéma – Emilie Dequenne donne une force supplémentaire à la relation des deux personnages qu’ils incarnent. La personnalité de Jennifer est intéressante et s’éloigne du cliché de la coiffeuse un peu conne qui ne réfléchit pas. Elle se pose des questions et se rend bien compte des différences qui la séparent de Clément. On regarde avec tendresse cette histoire d’amour vouée à l’échec, malgré la bonne volonté des deux protagonistes. Lucas Belvaux parvient avec justesse à saisir les détails de la situation pourtant banale que constitue la rencontre de deux personnes que tout oppose.

Extrait de Pas son genre de Lucas Belvaux
Extrait de Pas son genre de Lucas Belvaux

On peut reprocher quelques longueurs et une caméra qui s’attarde parfois inutilement. Le jeu d’acteur vient toutefois contrer ce défaut, Emilie Dequenne étant parfaitement à l’aise en coiffeuse face au sérieux Loïc Corbery. La musique, distillée tout au long du film, fait écho aux caractères de Jennifer et Loïc et est particulièrement bien utilisée lors des séances de karaoké. Le contraste de Loïc, intellectuel calme et Jennifer, extravertie qui chante avec ses copines dans des tenues de strass et paillettes en est d’autant plus fort. Il s’agit donc d’un film de qualité qui réunit de bons acteurs. Les nuances apportées aux personnages permettent une réflexion intéressante qui sort de l’histoire convenue.

Lucas Belvaux signe une adaptation réussie du roman de Philippe Vilain. La romance entre un jeune professeur de philo et une coiffeuse de province est filmée avec tendresse et réalisme. Le jeu des acteurs, Emilie Dequenne et Loïc Corbery, couplé à une réalisation intelligente et sensible font de Pas son genre un film qui vaut la peine d’être vu.