Aventure, Comédie, Critiques de films

Critique : Sur la piste du Marsupilami d’Alain Chabat

Sur la piste du Marsupilami marque le retour d’Alain Chabat au grand cinéma populaire avec des scènes hilarantes à en devenir cultes. Réalisateur, interprète, scénariste et producteur, Alain Chabat était présent sur tous les fronts et son film vient récompenser un travail de passionné.

Quand Dan Geraldo, reporter en quête de scoop, arrive en Palombie, il ne se doute pas qu’il va faire la plus incroyable des découvertes… Avec Pablito, guide local plein de ressources, ils vont aller de surprise en surprise au cours d’une aventure trépidante et surtout révéler une nouvelle extraordinaire : Le Marsupilami, animal mythique et facétieux, existe vraiment !

Des Nuls à Didier, de La Cité de la peur à RRRrrrr !!! en passant bien sûr par Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, la patte Alain Chabat a toujours suscité les réactions et les rires du public. Loufoque, ubuesque, piquante, bourrée de référence, sa comédie fait partie de ce qui se fait de mieux dans l’univers de la comédie française. Pas de sentimentalisme à la noix, pas de scénario écrit à la volée, le crédo de Chabat, c’est faire rire, détendre les atmosphères, rentrer dans des univers totalement différents et délirants. Force est de constater que c’est une nouvelle fois le cas pour Sur la piste du Marsupilami, une œuvre directement inspirée du personnage d’André Franquin (de multiples hommages lui sont rendus pendant le film), que Chabat mûrit depuis près de 10 ans. C’est en regroupant sa bande de potes que Chabat se lance dans l’aventure, que ce soit en technique – autour de personnes avec qui il travaille depuis La Cité de la peur – ou le casting avec Jamel Debbouze et Fred Testot pour ne citer qu’eux.

Avec Sur la piste du Marsupilami, Chabat offre autant de rires que d’ennui. L’action met du temps à prendre, et le film s’avère être inégal. En ressort tout de même des éclairs de génie à en devenir culte sur des scènes inattendues, où des acteurs comme Lambert Wilson s’illustrent (je ne pourrais en dire plus…), où le grotesque, l’ahurissant, la surprise et le fou rire se mêlent sans aucune difficulté. A croire que c’est quand le film est quasiment sous acides ou se lâche qu’il devient intéressant. Difficile de faire un long métrage de 1h45 dans un rythme fou ou les abdos deviennent des blocs de béton tant le rire est constamment présent. La bande s’offre une comédie Chabattique, où le kitsch est assumé (ce que laissait prévoir l’hideuse affiche ou la pauvre bande annonce). Mais la comédie est un art que Chabat  maîtrise avec un certain talent, notamment lorsqu’il utilise avec parcimonie les ingrédients de son humour, décoche une « réplique qui tue » sans prévenir (« il tire à carottes réelles »), le tout avec intelligence et pertinence. Avec des références aux westerns, à des grands classiques comme Star Wars ou Apocalypse Now, ou encore à ses propres films (Mission Cléopâtre), Alain Chabat réussit son tour de force. Son film est agréable, la direction artistique est parfaite et jouissive, et les longueurs n’apparaissent pas aussi encombrantes, et surtout ce n’est absolument pas rédhibitoire.

Une nouvelle comédie grand budget portée à bout de bras par l’excellent Alain Chabat qui excelle dans son humour franchouillard, déclenchant des fous rires dans des scènes inattendues dont on pourrait parier sur un statut culte dès les mois à venir. Drôle, inspiré, intelligent et parfois long, Sur la piste du Marsupilami charme plus qu’il ne déçoit, et c’était bien un minimum syndicale.