Critiques de films, Drame

Critique : Two Gates of Sleep, d’Alistair Banks Griffin

Le charme du cinéma, c’est aussi de découvrir les talents de demain. Alistair Banks Griffin est probablement de ceux-là.

 

Affiche du fillm Two Gates of Sleep, d'Alistair Banks Griffin
Affiche du fillm Two Gates of Sleep, d'Alistair Banks Griffin

 

A la frontière entre la Louisiane et le Mississippi, deux frères entreprennent un voyage difficile pour honorer la dernière volonté de leur mère.

 

 

Pour son premier film financé à l’aide d’une bourse, Alistair Banks Griffin est le héro central d’une belle histoire encore en train de s’écrire. Si bien que les critiques américains ont vu dans ce talent indie américain des rapprochements à faire avec le cinéma de Malick ou même de Lynch. Chouette comparaison n’est-ce pas ? Mais à vrai dire, si ces comparaisons semblent un peu fortes à première vue, son film Two Gates of Sleep a de quoi ravir les amoureux du beau cinéma. Banks Griffin y filme une belle histoire, celle de deux frères qui entreprennent un voyage pour satisfaire la dernière volonté de leur mère, sur fond de conte moderne. Une histoire sur la proximité et les liens familiaux. Un film fort, plutôt lent, mais esthétiquement grandiose. Car pas d’effets bizarroïdes. Le réalisateur a décidé de capter tout le naturel de son décor, livre un travail très pictural, proche de la peinture. Il joue des objectifs, cadres et plans, enchaîne les techniques de prises de vue (travelling, caméra au point…) et rend son film artistiquement très intéressant. L’histoire est d’une simplicité dépaysante, sauf quand il s’essaye à rentrer dans la psychologie des deux frères et la douleur qu’ils ressentent. Des personnages enfermés dans leur décor, mais aussi dans leurs histoires et psychologies. Ce jeune réalisateur profite également des talents de ces deux acteurs principaux : un déjà confirmé et néanmoins toujours époustouflant Brady Corbet (Thirteen, Mysterious Skin) et une révélation, David Call (Le Temps d’un été, Où sont passés les Morgan ?).

 

L’avis : Two Gates of Sleep propulse un jeune réalisateur talentueux qui a encore de belles choses à prouver. Sa technique est tout simplement addictive et on espère le voir dans un registre un peu plus mouvementé, afin que sa maîtrise sublime encore un peu plus une histoire vraiment attractive.