Critiques de films, Documentaire

Critique : Water, le pouvoir secret de l’eau, d’Anastaysia Popova

Énième documentaire sur la question de l’eau, le documentaire russe Water, le pouvoir secret de l’eau étonne autant par certains points de vue qu’il déçoit sur d’autres questions et raccourcis fallacieux.

 

 

Affiche du film Water, le pouvoir secret de l'eau, d'Anastaysia Popova
Affiche du film Water, le pouvoir secret de l'eau, d'Anastaysia Popova

 

 

L’eau est l’élément le plus important de notre planète.
Plus des trois cinquièmes de la surface du globe terrestre sont recouverts d’eau, mais que savons-nous vraiment de cet élément énigmatique ?
D’éminents scientifiques, écrivains et philosophes essaient de décoder le secret de l’eau. De nombreuses expériences révèlent de manière impressionnante que les influences de l’environnement laissent des traces marquantes dans l’eau : tout ce qui se passe autour de l’eau y est aussitôt enregistré. Tout ce qui entre en contact avec l’eau laisse une trace !
Est-ce que nos ancêtres connaissaient déjà ce secret, lorsqu’ils ont essayé de transformer, avec des récipients en argent, de l’eau ordinaire en eau qui guérit ?
Comment des émotions humaines influencent durablement la structure de l’eau ?
Et est-ce que l’eau aurait même une mémoire, comparable au disque dur d’un immense ordinateur, qui mémoriserait l’intégralité des données de la vie pour toujours ?

 

L’eau. Cette puissance aussi créatrice que destructrice. Cette fascinante matière que l’homme croit connaître et qui réserve encore de nombreuses surprises. De ce point de départ, la réalisatrice russe Anastaysia Popova construit un documentaire très chapitrée autour de la thématique de l’eau. Entre des série d’entretiens avec des scientifiques, théologiens ou encore philosophes, elle va amener son récit sur plusieurs démonstrations plus ou moins captivantes. Nous fascine par exemple toute cette démonstration scientifique visant à montrer que l’eau possède une mémoire, et que des champs magnétiques influent sur elle -dans les deux sens- ce qui expliquerait par exemple certains réactions de l’eau. Parmi ses réactions, nous comptons sa puissance créatrice, sans qui la Terre d’aujourd’hui n’existerait pas. L’eau est aussi un élément capable de se déchaîner face à ce que la civilisation humaine lui inflige. Pour le documentaire, si les cataclysmes météorologiques sont encore plus nombreux de nos jours, c’est parce que l’eau y joue un rôle prépondérant dans chacun d’eux, en réaction aux comportements humains qui sont les nôtres. Il se double alors d’un propos écologique entendu déjà mille fois auparavant. Inintéressant.

 

Extrait du film Water, le pouvoir secret de l'eau (2012)
Extrait du film Water, le pouvoir secret de l'eau (2012)

 

 

 

En revanche, le propos de ce documentaire qui tente de sortir des sentiers battus devient intéressant lorsqu’il aborde des questions novatrices. Ainsi, l’eau a une forme, visible seulement au microscope. La pensée de l’homme, son attitude face à l’eau (qu’il va boire par exemple) va influer sur celle-ci. Si l’être humain dégage un champ magnétique positif (l’amour par exemple), l’eau va enregistrer cette information dans une sorte de mémoire que le scientifique compare aisément à un disque dur. Le propos paraît incroyable. Mais à plusieurs reprises, les arguments vont le prouver. Au contact de mots évoquant la bienveillance, l’amour, l’espoir, la musique classique, le clusters d’eau (ensemble d’atomes) va prendre une forme sublime. L’effet inverse produire au contact de notions négatives. Les limites du propos se font sentir lorsque ce dernier met sur un pied d’égalité musique métal et violence, alors que les images montrées alors au spectateur n’ont aucun rapport avec un concert de métal, mais plus à des rixes de rue, voir à des bagarres entre supporters de football. Des amalgames et illogismes fréquents qui viennent ternir la démonstration. Enfin, le documentaire prend trop souvent les raccourcis religieux, plus que scientifiques pour expliquer le pouvoir de l’eau, même si cela n’a rien d’illogique en soit. La portée du propos s’en retrouvera moins pertinente face à une personne athée, refusant toute croyance. Et finalement ce pouvoir si secret de l’eau n’a occupé d’une petite dizaine de minutes sur l’ensemble.

 

L’avis : Water, le pouvoir secret de l’eau propose des points de vue intéressants, parfois aussi intrigants que réalistes, croisant à la fois les croyances religieuses, la vérité scientifique ou encore les notions philosophiques. Malgré cette bonne volonté, le documentaire souffre de plans classiques, de notions basiques académiques et souvent insipides et de propos parfois très borderline, soit parce que bancals, soit parce que trop orientés sur les croyances.