Comédie, Critiques de films, Drame

Fast review : Fruit Défendu et Le Havre

La Finlande s’impose sur Cinephilia en cette fin d’année. Le premier Dome Karukoski commence à peine à séduire le public français depuis Very Cold Trip, et débarque avec Fruit Défendu. Le second est déjà un monstre sacré de la réalisation, en la personne d’Aki Kaurismaki.

 

Fruit Défendu, de Dome Karukoski

 

Fruit défendu suit deux jeunes femmes luthériennes d’obédience laestadiennen qui quittent leur petite communauté chrétienne conservatrice pour séjourner à Helsinki. Maria veut connaître le monde avant de retourner chez elle pour se marier à un garçon de sa communauté. Elle veut expérimenter tout ce qui lui a été jusqu’alors interdit : sortir avec des garçons, regarder la télévision, danser, boire de l’alcool et se maquiller. Son amie, Raakel, est moins aventureuse et cherche seulement à s’assurer que Maria rentrera bien dans la communauté. L’été des tentations changera la vie de l’une des deux jeunes filles…

Sur le papier, on se situe clairement face à un genre de film prometteur, politiquement incorrect, qui s’est fixé pour objectif de dénoncer à tout va et d’enfreindre les règles. Pourtant, dès les dix premières minutes, on comprend également assez vite que notre film prometteur est une coquille vide bourrée de niaiseries. Car nos deux jeunes filles (aussi charmantes soient-elles) patissent d’un scénario d’une naïveté assez hallucinante. Toute la trame est sans surprise, les événements sans relief. On suit une Maria qui passe par quasiment tous les stades de la déviance, flirte avec les interdits pour finir repentie. De l’autre côté Raakel est le symbole de la jeune fille en quête de culture (elle découvre le monde par l’intermédiaire des films d’art et essai, aux côtés d’un jeune homme qui se la raconte méchamment). La réalisation est plus que classique et la mise en scène manque de viscéralité. Il aurait fallu quelque chose de bien moins convenu et téléphoné pour nous convaincre. On est très loin d’une démonstration des descriptions des tentations adolescentes, comme décrites par exemple dans un certain Virgin Suicides, qui a tendance à être pompé assez généreusement ici.

Fruit Défendu, produit en 2009, a saisi l’occasion de sortir en France avec le succès d’un autre film de ce réalisateur, le bien nommé Very Cold Trip.

 

Extrait du film Fruit Défendu (2011)
Extrait du film Fruit Défendu (2011)

 

(Par Christopher)

 

Le Havre, d’Aki Kaurismäki

 

Dans la ville portuaire du Havre, Marcel Marx, un humble cireur de chaussures vit pauvrement mais dignement. Il partage son temps entre sa femme qui lui cache une grave maladie et le bistrot où il aime boire un verre et voir ses amis. Pourtant l’arrivée d’un jeune clandestin rêvant d’aller à Londres va totalement bouleverser son existence.

Le réalisateur finlandais Aki Kaurismäki a choisi la ville du Havre pour peindre un univers qui semble figé dans le temps où les petites gens tentent de faire face aux assauts d’un monde moderne qui semble de plus en plus cruel. En effet seuls les éléments hostiles aux personnages du film (voitures de police, centre de rétention) semblent être contemporains.

Du côté de l’interprétation André Wilms  (Marcel Marx) donne corps à un personnage qui fait tout pour aider ce jeune clandestin à atteindre son but. Jean-Pierre Darroussin, dans la peau du commissaire Monet est épatant dans le rôle du policier au comportement ambigu. Blondin Miguel qui campe le rôle d’Irissa le jeune clandestin est vraiment attachant

Aki Kaurismäki parvient à nous transporter dans une histoire où les personnages se serrent les coudes.

Au final ce film, qui a reçu le prix Louis-Delluc et mention spéciale au prix du jury œcuménique de Cannes  en 2011, mérite vraiment que l’on s’y intéresse.

 

Extrait du film Le Havre (2011)
Extrait du film Le Havre (2011)

 

(Par Thibault Roudaire)