Action, Aventure, Comédie, Critiques de films

La séance mauvais genre : Little Big Soldier, de Deng Shing (2010)

La séance mauvais genre vous présente pour ce week-end Little Big Soldier, une comédie d’action néo-historique sino-hong-kongaise enjouée. Cet inédit avec Jackie Chan est disponible en DVD Blu-Ray depuis fin avril 2012.

 

 

 

Chine, à l’époque médiévale. Les clans Liang et Wei s’opposent depuis des années, se livrant une guerre sans fin. Au cours d’une bataille, un fantassin parvient à capturer un général de l’armée adverse et compte le livrer à ses supérieurs, pour obtenir gloire et fortune. Les deux ennemis s’engagent alors dans un long voyage jusqu’au quartier général. Un périple qui sera semé d’embûches et de pièges.

 

 

Comme une tradition, Little Big Soldier commence avec une pointe d’humour noir. Sur un champ de bataille filmé avec noirceur, un soldat a pour habitude d’éviter une mort certaine en simulant habilement la sienne. Il se réveille alors vivant et constate l’horreur de la guerre que se livrent les clans Liang et Wei. C’est alors qu’il croise le regard d’un général adverse blessé, qu’il va bien sûr capturer. Il compte le livrer à ses supérieurs et ainsi obtenir gloire et fortune. Ce faux road-movie se mue en quête initiatique  – buddy movie de base – où le soldat incarné par Jackie Chan va voir inconsciemment ses valeurs changer, et se lie d’amitié avec le général campé par Lee-Hom Wang, chanteur de son état. Une comédie ou action et aventure se lient avec suffisance intérêt mutuel.

 

Deng Shing filme les décors naturels, conforté par une belle photographie et une multiplication de plans pour saisir au plus des scènes de combats correctement chorégraphiés. Il y a donc dans Little Big Soldier une maîtrise indéniable, sans pour autant verser dans le film formaté. Jackie Chan, dont le passage hollywoodien n’a jamais convaincu, lui-même compris (il suffit de voir Karaté Kid pour le comprendre), incarne à l’écran le personnage d’un script qu’il avait lui-même imaginé vingt ans auparavant. La base d’un film qu’il n’avait pu réaliser, faute de moyen. Mais après le volet américain, Chan, qui n’a plus grand-chose à prouver quoiqu’il en soit, est revenu avec une ambition plus personnelle. Il sert ici d’amuse-gueule à un divertissement léger, finement mis en scène et juste dans sa manière d’aborder un récit qui aurait perdu à se complexifier avec des chemins de traverse inutiles. Les spécialistes apprécieront, outre quelques combats fendards et un Jackie Chan impliqué (cela fait plaisir à voir), quelques cameos dont celui de Yu Rong Gwang.

 

 

La note du samedi soir : 13 / 20

 

Disponible en DVD / Blu-Ray depuis le 24 avril 2012